vide

Consulter le SIC papier

Le SIC papier existe également en version numérisé .pdf, à télécharger ci-dessous.

Historique

AddToAny
Share

François Bayrou, un littéraire qui a le goût des chiffres

La convention annuelle de l’association Experts-Comptables et Mandats publics (ECMP) recevait le président du Mouvement démocrate, le jeudi 1er octobre dernier, dans le cadre du 70e Congrès de l’Ordre des expert-comptable, sur le thème « la France face à ses défis ».

 

François Bayrou, ancien ministre, président du Mouvement démocrate et maire de Pau intervenait sur le thème « La France face à ses défis » à l’invitation de Philippe Arraou, président du Conseil supérieur de l’ordre des experts--comptables, et de Jean-Pierre Alix, président de l’association Experts-comptables et mandats publics. Il a d’abord rappelé son goût pour les chiffres, lui dont le parcours fut pourtant littéraire, et son admiration pour la profession dont « la connaissance fine du tissu économique fait naître une prédisposition naturelle à l’engagement ».

 

François Bayrou a affirmé qu’il n’écoutait plus les discours politiques de la même manière depuis dix-huit ans car il n’avait pas la même vision que la plupart des responsables politiques de la situation du pays. Pour lui, si tout le monde s’accorde à dresser un diagnostic sombre de la situation économique, sociale et morale du pays, la plupart des responsables politiques présente une analyse et des propositions très loin de la réalité. Certains font le procès d’Angela Merkel, d’autres incriminent l’euro ou la mondialisation… François Bayrou estime ne partager aucun de ces sentiments : « si faute il y a, c’est la nôtre ! » dit-il. Aucun des problèmes que rencontre  le pays - Education nationale, situation faite aux entreprises, droit du travail, fiscalité, situation des collectivités locales… – n’est venu de l’extérieur. Il estime « que personne ne nous a obligés à mettre en place un système dans lequel 30% des enfants n’apprennent pas à lire ; personne ne nous a obligés à adopter un système de formation professionnelle inutile aux chômeurs ; personne ne nous a contraints à bâtir le labyrinthe des collectivités locales. Tout ceci relève de notre choix national ». Et c’est principalement sur ce point que François Bayrou estime se différencier de la plupart des courants politiques français. Pour lui, ces choix nationaux ont des origines diverses. Et d’accuser en premier lieu les blocages institutionnels. François Bayrou a rappelé qu’il se battait depuis quinze ans sur la question du déficit et de la dette, un combat qui, selon lui, ne pouvait pas être relayé, l’organisation de nos institutions ne permettant pas aux voix discordantes d’avoir la possibilité de se faire entendre. « En réunissant 19 % des suffrages à la présidentielle de 2007, je n’ai eu que deux députés. Aujourd’hui, avec un score de 18 % lors des dernières élections, Marine Le Pen n’est pas présente non plus à l’Assemblée nationale, a tenu a rappelé l’ancien ministre. Il en est de même pour Alain Juppé qui n’est pas non plus député, pas davantage que Nicolas Sarkozy. C’est la première fois dans la République française que des responsables politiques de premier plan ne siègent pas à l’Assemblée nationale, ce qui rend le débat d’autant plus inaudible ».

Pour François Bayrou, un gouffre s’est creusé entre la France institutionnelle et les citoyens, avec le sentiment que les discours politiques ne correspondent plus à la vie réelle des gens. « Le poids qu’a pris dans nos institutions l’Ena, avec une sélection très précoce sur des critères discutables, traduit une déconnexion entre la vie du pays et ceux qui sont chargés de la traduire et de l’entraîner ». Pour François Bayrou, une autre  difficulté tient au système d’élection majoritaire qui viserait uniquement à faire chuter le parti en place, pour le remplacer par le parti précédemment installé. Cette situation expliquerait en partie pourquoi la France serait en panne par rapport aux pays voisins, et notamment l’Allemagne. « En 1999, l’Allemagne apparaissait comme le « malade de l’Europe mais a pu se relever grâce à la coopération de ses partis et institutions se succédant au pouvoir. Au contraire, si chaque alternance rapprochée consiste à annuler ce que les précédentes majorités ont accompli, alors nous sommes incapables de construire un pays » poursuit François Bayrou.

 

En conclusion de son propos, François Bayrou a regretté de nous voir inéluctablement creuser le trou de la dette, qui a aujourd’hui franchi le cap des 2 100 milliards d’euros, et rappelé que les agences de notation dégradent régulièrement la note de la France, sans que  personne ne prenne vraiment les mesures qui s’imposent… 

Parcourir l'historique du SIC :

ABONNEZ-VOUS AU SIC NUMERIQUE

Le SIC Numérique parait mensuellement, à l’instar de son homologue papier. Pour être averti par mail de la publication d’un nouveau numéro, abonnez-vous !
ABONNEZ-VOUS AU SIC NUMERIQUE
Le SIC Numérique parait mensuellement, à l’instar de son homologue papier. Pour être averti par mail de la publication d’un nouveau numéro, abonnez-vous !

Toutes les parutions

FÉVRIER 2018

SIC N°370

  • Tout savoir sur la loi de finances  et loi de financement de la Sécurité sociale 2018

  • 5 questions à Gilbert Le Pironnec, vice-président  en charge du secteur Prospective  et Spécialités du Conseil supérieur

  • Le rapport de fin de mission,  en pratique

Consulter

JANVIER 2018

SIC N°369

  • Assurer le financement de la reprise d'entreprise
  • 5 questions à Lucie Desblancs, vice-présidente en charge du secteur Développement et Croissance économique du Conseil supérieur
  • 2e édition de la journée du numérique : un véritable succès !

Consulter

DECEMBRE 2017

SIC N° 368

  • Réforme du Code du travail : de nouvelles opportunités pour les entreprises
  • 5 questions à François Asselin, président de la Confédération des PME
  • Logiciels de caisse : « Tenez-vous prêts au 1er janvier 2018 »

Consulter

NOVEMBRE 2017

SIC N° 367

  • Congrès 2017 à Lille. Les experts-comptables ? Des experts conseil !
  • Les plénières
  • Les conférences

Consulter