Novembre 2015

Consulter le SIC papier

Le SIC papier existe également en version numérisé .pdf, à télécharger ci-dessous.

AddToAny
Share

L’expert-comptable numérique clique sur le futur

La révolution numérique a commencé mais elle n’en est qu’à ses balbutiements. Quel futur attend la profession à l’horizon 2030 ? De nouvelles générations d’ordinateurs plus performants s’annoncent déjà. Auprès de son client, l’expert-comptable restera toutefois incontournable.

 

"c’est une révolution irréversible. Soyons à la hauteur pour accompagner nos clients dans la transition numérique ».

Lors de la plénière de clôture du 70e Congrès de l’Ordre, le président du Conseil supérieur, Philippe Arraou, a réitéré son mot d’ordre de prise de conscience devant un tiers de la profession présent dans le grand amphithéâtre du Palais des Congrès de Paris.

 

Une plénière futuriste pour aborder le thème « Transformation digitale et demain? ». Avec des faux airs de C-3P0 dans la Guerre des étoiles, Aria, le robot présent sur la scène n’a pas hésité à répondre aux questions de l’animatrice et journaliste Anette Burgdorf. « Vous allez parler du futur. Il faudra compter sur moi », a-t-elle annoncé. Et les frères Bogdanoff, présents pour l’occasion, ne l’ont surtout pas contredit... bien au contraire : « les machines vont accéder à la conscience ». Comment? D’ici cinq ans, les ordinateurs classiques risquent de montrer leurs limites. Déjà les chercheurs travaillent sur de nouvelles générations : les ordinateurs quantiques. Les informations seraient traitées et stockées au niveau des particules élémentaires. « C’est une capacité de calculs inimaginable », a insisté Igor Bogdanoff. Au lieu d’avoir une seule configuration, l’ordinateur quantique permettra d’avoir seize possibilités. « Il a accès à la pensée floue c’est-à-dire au oui, au non mais aussi au peut-être », a-t-il ajouté. « Avec les ordinateurs quantiques, on sera capable de calculer exactement le temps qu’il fera sur trois mois », a cité en exemple Grichka Bogdanoff.

Pour les frères Bodganoff, il ne fait aucun doute que cette révolution aura des incidences pour les experts-comptables et les robots en seront les acteurs. « Dans votre travail, vous allez être confrontés à ces machines. Elles vont à la fois transformer votre méthode de travail et en profondeur votre vie », ont-ils prédit à l’auditoire.

 

Un enjeu international pour la profession

Avec cette révolution, l’international prendra encore plus d’importance pour l’avenir de la profession d’expertise comptable. Philippe Arraou en est convaincu : « le numérique n’a pas de frontière. On est engagé dans une collectivité qui est planétaire ». A la table ronde de cette plénière, la présence et les interventions de Helen Brand, directrice générale d’Acca (Association of chartered certified accountants) et d’Olivia Kirtley, présidente de l’Ifac (International federation of accountants), l’ont confirmé. « Merci beaucoup pour vos contributions », a lancé, en français, la directrice générale d’Acca à la profession française d’expertise comptable, convaincue que les opportunités sont grandes avec le numérique pour les experts-comptables. Pour la présidente de l’Ifac, l’un des principaux enjeux pour la profession va être la formation pour ne pas manquer le virage numérique. Comme l’a rappelé Philippe Arraou, le chemin demeure gigantesque. Pour Denis Lesprit, président de la Compagnie nationale des commissaires aux comptes, « le rôle de l’auditeur légal va s’en trouver renforcé ». La place de l’expert-comptable consiste à apporter un service de qualité et de sécurité pour les entreprises. « C’est pour cela que la déontologie doit concerner toutes nos missions. Je pense qu’à l’échelle internationale, nous allons y travailler avec Olivia Kirtley », a indiqué Philippe Arraou. La présidente de l’Ifac a acquiescé à la proposition du président du Conseil supérieur. Philippe Arraou et Denis Lesprit en ont profité pour réaffirmer la force de la complémentarité de l’expertise comptable et du commissariat aux comptes afin d’apporter de la sécurité aux entreprises.

 

L’humain avant tout

Pour réussir la transition numérique, le professionnalisme et l’humain seront cruciaux. Une conviction partagée par les trois rapporteurs généraux de ce congrès 2015. « L’enjeu pour y parvenir est plus humain que technique, a estimé Jean Saphores. C’est une véritable révolution culturelle et sociale que nous allons vivre ». L’organisation des cabinets va devoir être modernisée. « A nous de repenser notre cabinet à travers le numérique, a insisté Jean-Marc Eyssautier. Le monde s’accélère. La profession d’expertise comptable n’a pas le choix. Elle devra aller de plus en plus vite ». « Il faut que l’on soit agile, toujours en mouvement, a ajouté Patrick Bordas. Même avec la révolution numérique, l’expert-comptable sera toujours à côté de l’entreprise pour la faire évoluer et la développer. Sans oublier qu’il continuera de veiller à la cohérence des informations ».

 

« Nous resterons incontournables », a conclu Philippe Arraou sous les applaudissements. Le robot Aria l’a d’ailleurs bien compris : « Je n’ai pas votre proximité et votre compétence. Aria expert-comptable, ce n’est pas pour demain ! ».

Les déclarations fiscales dans le visuel
En accueillant la secrétaire d’Etat chargée du numérique, Axelle Lemaire, Philippe Arraou en a profité pour formuler deux fortes propositions à l’adresse du gouvernement Valls. La première consiste à créer un compte numérique de l’entreprise. Quant à la seconde, elle devrait avoir un écho retentissant. « L’expert-comptable propose de supprimer les déclarations fiscales. Il faut le dire, madame la ministre », a annoncé Philippe Arraou sous les applaudissements. La secrétaire d’Etat a vite répondu : « plus de déclarations fiscales, je vais y réfléchir… ». Saluant l’implication de la profession dans le programme de la transition numérique piloté à Bercy, Axelle Lemaire a estimé pertinente la proposition du compte numérique de l’entreprise qui permettrait à la fois de simplifier les relations entre les particuliers et les entreprises et avec les administrations. Pour se placer en aval dans l’identification des besoins des entreprises, elle compte développer les start-ups d’Etat. Fin septembre, la secrétaire d’Etat a présenté
son projet de loi pour une république numérique et lancé une vaste consultation publique. « Nous insistons sur l’avènement de l’économie de la donnée, a-t-elle souligné.
Je suis persuadée que l’utilisation la plus “smart” possible de la donnée permettra aux experts-comptables de proposer des services pertinents à leurs clients ». Elle compte aussi sur la profession pour être auprès des entreprises dans le déploiement de la French Tech.
1 sur 5

Parcourir l'historique du SIC :

Toutes les parutions

NOVEMBRE 2019

SIC N° 389

  • 74e Congrès « L'expert-comptable au cœur des flux »

Consulter

OCTOBRE 2019

SIC N° 388

  • La SPE, une réunion de compétences
  • Prélèvement à la source : quelles évolutions ?
  • Evolutions de la réglementation de la profession : compétences spécialisées

Consulter

SEPTEMBRE 2019

SIC N° 387

  • 74e Congrès : L'expert-comptable au cœur des flux
  • Le Gafi publie ses lignes directrices pour la profession comptable
  • Loi Pacte et entreprises : les principales mesures en droit des affaires

Consulter

Juillet-Août 2019

SIC N° 386

  • La palette de nos prestations s'élargit !
  • Mission d'audit contractuel d'états financiers en France
  • La seconde édition de la Conférence de Paris réussit son pari

Consulter