Février 2016

Consulter le SIC papier

Le SIC papier existe également en version numérisé .pdf, à télécharger ci-dessous.

Historique

AddToAny
Share

Paris Ile-de-France

TRANSFAIR

Retour sur la première édition des rencontres interprofessionnelles de la cession-reprise d’entreprise à travers les yeux de Laurent Benoudiz, expert-comptable et commissaire aux comptes et Fabrice Luzu, notaire. Ensemble, ils ont créé en 2011 les Journées de la Transmission d’Entreprise.

 

Transfair, c’est à la fois une grande première (nouveau nom, nouveau lieu, nouvelle date, nouveaux partenaires…) et pas tout à fait une première ?

Laurent Benoudiz : En effet, Transfair est la version 2.0 des Journées de la Transmission d’Entreprise (JTE) qui ont été lancées à notre initiative avec Fabrice Luzu par l’Ordre des experts-comptables de Paris et par la Chambre des notaires de Paris. Le changement de nom s’est accompagné d’une ouverture vers la CCI, le CSOEC, le Barreau de Paris et la CRCC de Versailles, — la CRCC de Paris ayant rejoint la manifestation l’année précédente — grâce au dynamisme de Stéphane Cohen qui a pris la manifestation à bras le corps pour intensifier son déploiement. Transfair est désormais la première manifestation interprofessionnelle qui réunit experts-comptables, notaires, avocats, commissaires aux comptes et représentants des entreprises par l’intermédiaire de la CCI sur cette thématique déterminante pour l’économie nationale et pour les chefs d’entreprise qu’est la transmission.

 

Fabrice Luzu : Il existait deux manifestations : les JTE que nous avions créées avec Laurent et la JRCR – Journée Régionale de la Cession Reprise – à l’initiative de la CCIP. Nous avons décidé de fusionner ces deux évènements pour grandir, réunir nos forces et créer le référent en matière de transmission d’entreprise. Cette fusion s’est accompagnée de l’arrivée de nouveaux partenaires organisateurs.

 

 
Quels sont les points forts de cette édition ?

L.B. : Ce qui caractérise l’édition 2015 de Transfair, c’est d’abord la présence importante de chefs d’entreprise, que l’on sait difficiles à déplacer, le lieu riche de sens qu’est le Palais Brongniart, la reconnaissance de nos confrères ainsi que le fait de nous être entourés de nouveaux partenaires, comme les Echos.

 

F.L. : Nous avons aussi capitalisé sur l’expérience acquise en proposant un plateau technique de très haut niveau. Cette “programmation” d’intervenants à la trentaine d’ateliers est un des points forts à mon sens. En une journée, le visiteur bénéficie gratuitement de la prestation des meilleurs praticiens en la matière et repart avec de solides connaissances.

 

Vous insistez sur ce point ; Transfair ce sont les premières rencontres interprofessionnelles de la transmission d’entreprise. Qu’apporte cette interprofessionnalité ?

L.B. : La transmission d’entreprise est une étape souvent anxiogène pour le chef d’entreprise car particulièrement complexe compte tenu de l’ensemble des enjeux. Qu’il s’agisse du contexte fiscal ou du changement de régime en matière sociale, de la sécurité juridique attachée aux actes de la transmission ou de l’évaluation de l’entreprise ou encore des relations que le chef d’entreprise doit mettre en place avec ses salariés, son repreneur, sa famille… Tous ces sujets sont complexes et seule une communauté d’experts au service du dirigeant peut permettre d’y répondre avec efficacité et sécurité. Se lancer seul dans l’aventure comporte trop de risques car aujourd’hui la complexité interdit en pratique à un seul praticien de couvrir tous les sujets.

 

F.L. : S’il est  un domaine dans lequel l’interprofessionnalité doit être un principe de fonctionnement, c’est bien celui de la transmission d’entreprise. J’explique toujours aux chefs d’entreprise que je rencontre qu’il leur faut manager leur projet de transmission comme ils ont géré leur entreprise : il leur faut recruter leur équipe de conseils et la faire travailler de concert à la réussite du projet ! C’est un acte managérial fort. Chaque professionnel verra la situation avec son prisme d’analyse et la réussite provient souvent du croisement de ces analyses. En d’autres termes, la synergie est vertueuse ; à mon sens, il ne faut pas chercher à garder jalousement son client ni prétendre à l’omniscience, mais échanger et partager.

 

Il se chuchote qu’experts-comptables et notaires redoutent souvent la transmission d’entreprise ?

L.B. : En ce qui concerne les experts-comptables, l’un des freins encore présents est la conséquence de la transmission de l’entreprise : l’expert--comptable étant avant tout l’expert--comptable du chef d’entreprise, son départ risque de lui faire perdre le dossier… Cependant, la transmission sera inéluctable et celle-ci se fera avec ou sans l’expert-comptable. Dans l’hypothèse où l’expert-comptable décide d’être pro-actif sur ce sujet, il pourra non seulement accompagner son client dans cette opération et facturer ses prestations mais aura également la possibilité de l’accompagner dans le remploi des fonds : création d’une nouvelle activité, d’une SCI, etc. De nombreux clients ayant cédé leur entreprise continuent à collaborer avec leur ancien expert--comptable, ne serait-ce que pour les déclarations IR/ISF annuelles.

 

F.L. : Concernant les notaires, la crainte provient sans doute de la technicité et de la transversalité du sujet. La boîte à outils semble complexe : holding, engagements Dutreil, paiement différé et fractionné, donation-partage transgénérationnelle… En pratique, il s’agit d’opérer la transmission d’un actif singulier, l’entreprise, mais qui répond à des règles précises. Ce qui peut être troublant, c’est que la règle fiscale est très changeante et que les dispositifs sont parfois délicats à superposer.

A cet égard, considérez-vous que Transfair remplit bien son rôle ? Comment pouvez-vous le mesurer ?

F.L. : La dimension “formation” est essentielle car il faut acquérir et parfaitement maîtriser les techniques pour pouvoir bien les utiliser. Toutefois, nous avons aussi en tant que professionnels un rôle de service “après-vente” du législateur car les dispositifs, notamment fiscaux, permettant de favoriser la transmission sont très efficaces mais encore insuffisamment connus. Nous devons donc communiquer et former. Mais les messages commencent à passer. Il y a une dizaine d’années la question était : que sont les engagements Dutreil ? et à quoi cela sert ? Désormais, les chefs d’entreprise qui en ont souscrit s’interrogent plus volontiers sur la manière de les utiliser et de les optimiser…

 

L.B. : Dès le début de la création de la manifestation, nous avons identifié deux cibles : les chefs d’entreprise et nos confrères en retenant comme sous-titre aux JTE : deux jours pour se former et s’informer. Se former pour les professionnels et s’informer pour les dirigeants. Ce n’est qu’en s’adressant à ces deux cibles qu’on peut imaginer demain faire de notre profession d’expert-comptable un acteur incontournable de la transmission d’entreprise grâce aux compétences qu’il aura pu acquérir sur ce sujet. A ce savoir-faire, il faut également ajouter un réseau et le faire-savoir. Transfair répond à l’ensemble de ces problématiques en organisant les rencontres entre professionnels et en communiquant auprès des chefs d’entreprise. 

Retrouvez toute l’actualité de la région de Paris Ile-de-France
www.oec-paris.fr

Parcourir l'historique du SIC :

ABONNEZ-VOUS AU SIC NUMERIQUE

Le SIC Numérique parait mensuellement, à l’instar de son homologue papier. Pour être averti par mail de la publication d’un nouveau numéro, abonnez-vous !
ABONNEZ-VOUS AU SIC NUMERIQUE
Le SIC Numérique parait mensuellement, à l’instar de son homologue papier. Pour être averti par mail de la publication d’un nouveau numéro, abonnez-vous !

Toutes les parutions

Novembre 2018

SIC N° 378

  • Règles de signature des travaux des cabinets d'expertise comptable
  • jesignexpert.com, la nouvelle plateforme de signature électronique
  • Mounir Mahjoubi, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances et du ministre de l'Action et des Comptes publics

Consulter

OCTOBRE 2018

SIC N° 377

  • Prélèvement à la source : une réforme majeure
  • Cendra Motin : le PAS est enclenché
  • Fusion Agirc et Arrco : bien s'y préparer

Consulter

SEPTEMBRE 2018

SIC N° 376

  • 5 questions à Florence Hauducœur
  • Le projet de loi Pacte examiné en commission spéciale
  • 73e Congrès : Préparez votre parcours thématique

Consulter

JUILLET-AOUT 2018

SIC N° 375

  • Les outils du 73e Congrès
  • Le quiz du 73e Congrès
  • Comptexpert : comment déléguer vos droits ?

Consulter