MARS 2016

Consulter le SIC papier

Le SIC papier existe également en version numérisé .pdf, à télécharger ci-dessous.

AddToAny
Share

La voi(e/x) de l’unité

Nous, experts-comptables et commissaires aux comptes, souhaitons-nous continuer d’exercer conjointement nos deux métiers complémentaires, dans le respect d’une séparation stricte de l’audit et du conseil, et de ne former par conséquent qu’une seule et même profession au service de notre économie ?

 

Il y a un an, le 11 mars 2015, le Conseil supérieur de l’Ordre me confiait la conduite de notre profession. Je m’engageai alors personnellement dans mon premier éditorial (Sic numéro 339, avril 2015) à défendre et promouvoir la complémentarité de nos deux métiers d’expert-comptable et de commissaire aux comptes, seule garante de l’unité, de la richesse et de l’attractivité de notre profession : deux métiers bien distincts, oui, mais une seule et même profession au service de la confiance économique !

Ce pacte d’unité, j’ai eu l’occasion d’en réaffirmer haut et fort la nécessité, lors des Assises de la Compagnie des commissaires aux comptes du 8 mars.

 

D’un côté, l’expertise comptable, dynamique et assurément en phase avec la transformation rapide de notre économie et de notre société, vit certainement la plus grande mutation de son histoire. Mais celle-ci a été anticipée, dans la mesure du possible, négociée et accompagnée par le Conseil supérieur de l’ordre, comme l’ont démontré l’an dernier la loi Macron et notre congrès.

De l’autre, le commissariat aux comptes, qui a fait l’honneur de notre pays pour avoir anticipé bien des règles d’éthique devenues par la suite internationales, mais qui subit depuis une quinzaine d’années les assauts répétés de cultures professionnelles différentes, qui ont engendré des scandales dont je rappellerai qu’aucun n’a eu lieu en France. Dernier épisode en date et sans doute le plus grave : la « sur-transposition » envisagée par la Chancellerie de la dernière directive européenne sur l’audit qui pourrait conduire à une dépossession de la maîtrise de l’encadrement de l’exercice du commissariat aux comptes et à une concentration du marché…

 

En quoi ceci concerne-t-il l’Ordre des experts-comptables ? Les mesures envisagées auront pour conséquence inévitable d’amener la majorité des membres de notre profession à délaisser le commissariat au compte, et les jeunes à ne pas s’y intéresser. C’est donc bien l’unité de la grande profession de l’expertise comptable et du commissariat aux comptes qui est menacée. Nous irions ainsi vers deux professions distinctes qui seraient l’une et l’autre affaiblies et appauvries.

La question de l’unité de notre grande profession comptable française a été posée il y a 14 ans, lors des débats qui conduisirent à la LSF, il y a dix ans, lors de la transposition en droit français de la directive services, il y a cinq ans, lors de la consultation de la Commission européenne sur l’audit, il y a un an encore avec la loi Macron… Cette question se pose toujours aujourd’hui mais, plus que jamais, elle exige une réponse !

 

Nous, experts-comptables et commissaires aux comptes, souhaitons-nous continuer d’exercer conjointement nos deux métiers complémentaires, dans le respect d’une séparation stricte de l’audit et du conseil, et de ne former par conséquent qu’une seule et même profession au service de notre économie ?

Ma réponse, comme celle de la totalité des professionnels que je rencontre, est oui. Immanquablement, irrémédiablement, invariablement : oui !

Alors, je le dis très solennellement et fermement : le salut de la profession comptable française ne passera que par un nouveau mode de gouvernance à inventer, capable de porter une voix unique et forte, seule à même de nous faire entendre et respecter, seule à même de garantir notre unité.

L’heure est grave ! Dans cette épreuve, l’Ordre des experts-comptables est comme toujours, et plus que jamais, aux côtés de la Compagnie des commissaires aux comptes et de son président. Ma volonté, mon engagement et ma détermination à défendre l’unité de notre profession sont totales.

 

Philippe Arraou

Président du Conseil supérieur

 

 

 

Parcourir l'historique du SIC :

Toutes les parutions

MARS 2020

SIC N° 393

  • Réforme des retraites : décodage et mobilisation
  • Hubemploi : refondre pour mieux performer
  • Création du statut d'expert-comptable en entreprise

Consulter

FEVRIER 2020

SIC N° 392

  • Loi de finances 2020 : les principales mesures fiscales
  • DGFip : des chantiers structurants à venir
  • L'Arpec, un nouvel outil LAB au service des experts-comptables

Consulter

JANVIER 2020

SIC N° 391

  • Ordre et Compagnie sous un même toit : un projet qui voit “Le Jour ”
  • Congrès365: troisième temps
  • La synergie s'organise

Consulter

Décembre 2019

SIC N° 390

  • Infodoc-experts au service de la profession
  • Un conseil qui compte : épisode 3
  • La facture électronique où en sommes-nous ?

Consulter