AddToAny
Share

Congrès 2016 : à vous la parole !

Pendant ces trois jours de congrès, la rédaction du magazine Sic a arpenté les allées du Parc des expositions de Bruxelles… Objectifs : donner la parole aux congressistes et recueillir, à chaud, leurs appréciations sur cette 71e édition.

 

« J’étais venu dans un but précis : améliorer l’offre de logiciels de production de mon cabinet afin de l’orienter davantage vers le métier de conseil. L’enjeu : pouvoir fournir à mes clients rapidement et efficacement des outils de gestion. Le chef d’entreprise a besoin de piloter son entreprise. J’ai trouvé ce que j’étais venu chercher en matière d’offres de logiciels de tableaux de bord. »

Thierry Alcaraz, expert-comptable à Longwy (54)

 

« Le zoom sur la fiscalité m’a intéressé car cela fait partie intégrante des missions de l’expert-comptable. Il y a des filiales françaises, belges et luxembourgeoises qui se sont installées en Afrique. Dans le cadre de la consolidation, certaines informations sont à faire remonter au siège social. En tant que professeur, j’essaie de mettre à jour mes connaissances ; j’en profite pour me documenter. C’est un congrès de haut niveau qui aborde des questions très spécifiques. »

William Mbuyamba Kalombayi, expert-comptable et professeur à l’Université catholique du Congo - République Démocratique du Congo

 

« Au congrès, on retrouve sur un même endroit des outils pour apporter à nos cabinets de la documentation technique, des logiciels, des outils pour organiser et moderniser la relation avec nos clients...

De nombreuses conférences ont attiré mon attention, notamment celle sur la fiscalité transfrontalière. En effet, des entreprises belges s’installent dans le nord de la France et des entreprises françaises en Belgique ; des travailleurs belges et français travaillent de l’autre côté de la frontière franco-belge, ce qui a des conséquences importantes en matière fiscale et sociale ainsi qu’en fiscalité immobilière. »

Joëlle Van Hecke, expert-comptable et conseiller fiscal belge à Waterloo en Belgique.

 

« Je participe pour la première fois à un congrès de l’Ordre et j’ai trouvé sympathique l’accueil « 1er -congressiste ».

Représentant mon -cabinet, j’ai pu rencontrer et échanger avec d’autres confrères. J’ai également suivi plusieurs conférences, Essentiels et ateliers : l’Essentiel sur l’actualité fiscale a été une bonne piqûre de rappel ; la conférence sur « La détermination du résultat fiscal par des écritures comptables : c’est possible » a présenté une nouvelle méthode intéressante. »

Emilie Verraes, expert-comptable à Lille (59)

 

« Je suis toujours intéressé par les questions portant sur le numérique pour l’organisation et l’évolution des outils de mon cabinet. J’ai ainsi pu m’informer des nouvelles offres des éditeurs de logiciels en particulier sur le Cloud, la dématérialisation et la sécurité informatique. »

Laurent Barba, expert-comptable à Orsay (91)

 

« Je participe habituellement aux congrès, à la fois pour le thème et les formations, mais aussi pour rencontrer les exposants. Le congrès de Bruxelles se tient dans un lieu très approprié, toutes les formations sont regroupées dans un bâtiment facilement identifiable. J’ai beaucoup suivi les Essentiels, c’est un très bon format qui permet de balayer la nouveauté sur des thèmes précis. Je suis également venu faire de la veille sur les concurrents de mes fournisseurs (éditeurs de logiciels et éditeurs de documentation). »

Philipe Bordere, expert-comptable à Limoges (87)

 

« Le thème de la fiscalité et le lieu m’ont décidé à participer à ce 71e Congrès ; c’est une bonne idée qu’il s’exporte à l’étranger. J’ai trouvé que les ateliers, les Essentiels et les conférences étaient bien organisés. Il est toujours intéressant de voir ce qui se passe dans la profession. Dans notre cabinet, nous avons mis en œuvre des chantiers tels qu’un outil de la GED et l’ouverture vers les clients, ce congrès a confirmé nos choix. »

Jérôme Sohler, expert-comptable à Sélestat (67)

 

« Le congrès me permet de suivre l’actualité de l’expertise comptable. Et, cette année, j’étais tout particulièrement intéressé par la question de la convergence fiscale au niveau européen. C’est une nécessité exprimée depuis plusieurs années et on ne sentait pas, jusqu’alors, une réelle volonté politique en la matière. En venant à Bruxelles, je tenais à assister à la plénière d’ouverture. Les propos des intervenants, et notamment du commissaire européen Pierre Moscovici, m’ont paru importants : j’ai enfin vraiment senti une volonté d’aller vers cette convergence. »

François Melin, expert-comptable à Charleville-Mézières (08)

 

« Le recentrage opéré cette année autour du cœur de notre métier est logique. Si on veut conseiller nos clients, il faut maîtriser toute la technicité des questions comptables et fiscales, afin de leur apporter des solutions. Le congrès permet ainsi d’échanger avec les intervenants des microconférences pour mieux maîtriser certaines notions. J’ai par exemple assisté à une animation sur le mécénat où j’ai pu avoir leurs points de vue sur des cas concrets. Idem pour une animation sur la TVA qui m’a permis de bien me remettre en tête les mécanismes à avoir à l’esprit sur le sujet. »

Noémie Araud, expert-comptable à Nantes (44)

 

« C’est positif de quitter le cabinet le temps du congrès afin de prendre du recul sur le métier. On rencontre des confrères avec lesquels on peut échanger et croiser nos expériences, par exemple sur la façon dont on fait évoluer nos cabinets respectifs. On peut également faire le point avec nos fournisseurs de solutions, connaître les nouveautés, vérifier qu’on est bien à jour et voir si l’on utilise bien tous nos outils à 100 % de leurs possibilités. Et puis les formations nous donnent l’occasion de nous remettre les idées au clair sur telle ou telle thématique, tout en vérifiant qu’on a bien agi dans le bon sens sur nos dossiers. »

Xavier Araud, expert-comptable à Nantes (44)

 

« Le congrès me permet de me tenir au courant de l’évolution du métier. C’est essentiel pour moi car je donne des cours à des étudiants en master comptabilité contrôle audit ; je dois donc être au fait de l’actualité. C’est vraiment le bon endroit pour avoir les derniers échos de la profession. Même chose pour les logiciels dédiés aux experts-comptables ; il faut que je connaisse les offres, les évolutions... La présence de nombreux partenaires me donne la possibilité de comparer et de choisir les solutions en connaissance de cause. »

Chouaibou Pokassa, professeur à l’Université Paris XIII (75)

 

« Ce congrès représente un retour à des thématiques qui constituent le cœur traditionnel de notre métier et je trouve justement qu’il est bon, de temps en temps, de se recentrer. Nous avons abordé la transformation numérique l’an dernier, qui était un axe de travail totalement justifié : les experts-comptables sont les premiers concernés par les changements qu’elle implique. Pour autant, j’apprécie le recentrage du congrès de Bruxelles ; d’autant que fiscalité et comptabilité ne sont pas pris dans un sens restrictif mais au contraire en considérant l’ensemble des évolutions de notre métier. »

Manuel Machado, expert-comptable à Laon (02)

 

« Le congrès me donne l’occasion d’échanger avec des confrères sur les problématiques que connaît actuellement le cabinet. Nous sommes en train de nous développer et il faut apprendre à gérer cette croissance. Nous avons commencé en 2014, avons embauché un salarié l’année suivante et nous comptons à présent quatre salariés. C’est donc important de pouvoir discuter de ces questions de management et de structuration pyramidale de l’entreprise, afin de comprendre comment les experts-comptables présents ont su s’adapter à de telles situations. »

Romain Giraud, expert-comptable à Lyon (69)

 

« J’ai un cabinet en France mais je suis de nationalité belge, j’ai donc particulièrement apprécié la tenue du congrès à Bruxelles ! Ce point mis à part, c’est bien le thème de cette année et la mise en avant de la fiscalité qui a retenu mon attention. C’est quelque chose à quoi je crois depuis déjà une vingtaine d’années : la comptabilité ne doit pas être notre fonds de commerce. C’est le conseil et la fiscalité qui doivent permettre à nos cabinets de créer de la valeur. »

Marie-Christine Fontaine, expert-comptable à Andrésy (78)

 

« Ce rendez-vous bruxellois est un peu une découverte pour moi : c’est mon premier congrès national. Je trouve qu’il m’a été utile : il m’a permis de rencontrer des collègues, de me tenir au courant des tendances numériques grâce aux exposants mais également de me mettre à jour de l’actualité en participant aux ateliers et conférences. Au final, je trouve qu’il y a un bon compromis entre le travail, les échanges et le côté festif. Et le fait d’avoir organisé ce congrès à Bruxelles est une bonne idée : on a pu profiter d’une belle ville ! »

Florence Allereau, expert-comptable à Guérande (44)

 

 

Parcourir l'historique du SIC :

Toutes les parutions

Décembre 2019

SIC N° 390

  • Infodoc-experts au service de la profession
  • Un conseil qui compte : épisode 3
  • La facture électronique où en somme-nous ?

Consulter

NOVEMBRE 2019

SIC N° 389

  • 74e Congrès « L'expert-comptable au cœur des flux »

Consulter

OCTOBRE 2019

SIC N° 388

  • La SPE, une réunion de compétences
  • Prélèvement à la source : quelles évolutions ?
  • Evolutions de la réglementation de la profession : compétences spécialisées

Consulter

SEPTEMBRE 2019

SIC N° 387

  • 74e Congrès : L'expert-comptable au cœur des flux
  • Le Gafi publie ses lignes directrices pour la profession comptable
  • Loi Pacte et entreprises : les principales mesures en droit des affaires

Consulter