JANVIER 2017

Consulter le SIC papier

Le SIC papier existe également en version numérisé .pdf, à télécharger ci-dessous.

AddToAny
Share

Les commissaires aux comptes font peau neuve à l’ère du big data

Consacrées cette année à la révolution numérique, les Assises de la Compagnie nationale des commissaires aux comptes (CNCC) se sont tenues les 1er et 2 décembre à Strasbourg. Dans un contexte de digitalisation de l’économie, la question « Et demain ? » a été au centre des débats pour tenter de saisir l’ampleur des changements qu’induit la transformation numérique au sein des entreprises et auprès des commissaires aux comptes.

 

Un mouvement de fond est à l’œuvre. Acteurs incontournables de l’économie, les CAC doivent transformer leur activité pour continuer à accompagner avec efficacité les organisations. « D’ici 10 à 20 ans, la majorité de ce que l’on fait, ou produit, aujourd’hui va complètement se transformer. Nos emplois vont se transformer » prévient le président de la CNCC, Denis Lesprit. La 4e révolution industrielle bouleverse les pratiques et les savoir-faire. « L’enjeu est donc de taille pour notre profession qui ne peut ignorer ces bouleversements qui la touchent déjà » note le président. Pour l’année à venir, les CAC devront répondre à trois défis majeurs : s’adapter aux nouveaux enjeux de l’économie, continuer à sécuriser le modèle français avec leur présence auprès des PE-PME et amorcer le virage de la réforme de l’audit. Les commissaires aux comptes entrent de plain pied dans la 4e révolution industrielle et le thème de la digitalisation les sort d’une posture attentiste pour les pousser à reprendre en main leur stratégie de développement.

 

En préambule des assises, un engagement pour une croissance connectée. C’est le défi qu’a proposé de relever la CNCC en signant en partenariat avec le CNNum, le Conseil National du Numérique, une convention pour promouvoir la croissance connectée. Les commissaires aux comptes peuvent devenir de véritables « relais de la croissance connectée » par leur mission auprès des organisations, explique Nathalie Malicet, vice-présidente de la CNCC. La digitalisation de l’économie ne peut être ignorée. Elle est un sujet de préoccupation pour de nombreuses entreprises. Passer du statut d’acteurs de la confiance économique à celui de la confiance numérique, tel est l’enjeu des commissaires aux comptes, acteurs « au cœur de l’entreprise » commente la vice-présidente, afin d’accompagner les dirigeants et de les aider à faire face aux mutations de leur secteur économique.

 

Lors de la première table ronde consacrée aux évolutions de l’organisation des cabinets, Patrick ­Rolland, commissaire aux comptes, pose le diagnostic : « le constat est que tous les acteurs de la chaîne économique bougent : l’accélération des échanges et des attentes des clients, la présence du numérique partout avec entre autres la présence de nos smartphones dans nos poches, font que les clients attendent une réactivité accrue. Ils veulent des réponses vite. Des données encore plus vite. Nous devons donc trouver les outils nécessaires. » Parallèlement, pour les entreprises, se rapprocher des clients tout en créant de la valeur autour de la transformation digitale constituent des axes stratégiques. Mettre en place un nouveau mode de fonctionnement au sein des cabinets est ainsi l’opportunité pour les CAC « d’optimiser leur performance, d’être plus agiles, plus réactifs et plus en adéquation avec leur écosystème : collaborateurs, clients, concurrents, marché » intervient Sophie Floreani, responsable Conduite du changement chez BNP Paribas. Car si le digital bouleverse les modes de fonctionnement et les modèles d’organisation, il constitue également un formidable levier d’innovation et de travail collaboratif. « Cette transformation numérique est l’occasion de modifier notre façon de faire notre métier, d’apporter une nouvelle image pour se positionner dans notre rôle légitime d’interlocuteur sur la sécurisation des données clients. » renchérit Patrick ­Rolland.

 

Avec l’impact de la révolution numérique et des technologies innovantes, thématique de la deuxième table ronde, les missions évoluent également. L’une des transformations majeures est bien sûr la dématérialisation « 95% de dématérialisé dans mon cabinet », témoigne Yves Pascault, président du CJEC. La transformation numérique des organisations pose donc de façon légitime la question de la sécurisation des données. Pour Garance Mathias, avocate spécialisée en protection des données, sensibiliser les entreprises et les cabinets sur les enjeux de cyber sécurité est indispensable afin de connaître les risques associés à la gestion de flux de données. Concernant la robotisation et l’autonomisation des données, Yves Pascault rassure : « La machine ne remplacera pas l’auditeur, elle va l’aider à avoir une analyse plus fine en lui faisant gagner du temps, temps qui lui permettra d’apporter plus de recommandations à son client, plus de prise de recul sur son dossier et de fait un meilleur audit. »

Un gain de temps, c’est ce qu’offrent différents outils proposés par la CNCC et présentés au cours des différents ateliers et interventions, parmi lesquels la plateforme documentaire Sidoni et le Smart FEC. Le premier procure un accès plus performant à l’ensemble de la base documentaire et aux nombreux outils bureautiques dont les commissaires aux comptes ont besoin. Le deuxième est un outil qui propose dans le fichier des écritures comptables une exploitation et une analyse dynamique des données. Facile d’utilisation, il permet un gain de temps qui peut monter jusqu’à 8 heures par dossier. Par ailleurs « en travaillant sur une base de données pleine et entière, le Smart FEC permet un contrôle plus exhaustif », précise Nathalie Malicet.

Autre sujet des ateliers : la réforme de l’audit. Parmi les points d’attention, une concentration du marché de l’audit à prévoir potentiellement. En cause : la multiplication des appels d’offres et une pression sur les tarifs suite à la mise en place de la rotation accélérée des cabinets et des signataires.

 

Enfin, en pleine mutation numérique, les CAC doivent renforcer leur attractivité en intégrant de nouvelles compétences et de nouveaux profils. « Nous devrons continuer de nous adapter, de développer de nouvelles compétences pour faire face à toutes les évolutions du métier et de notre environnement. Il faut renforcer les moyens humains, diversifier le recrutement », indique Philippe Vincent, commissaire aux comptes. Car la numérisation des cabinets « transforme le business model même de l’organisation » avertit Christian Poyau, président de la commission Numérique du Medef.

Dans un contexte d’accélération dans les échanges d’informations, de transformation des structures de l’emploi et d’obsolescence de plus en plus rapide de certaines compétences et métiers, les entreprises sont touchées en plein cœur de leur activité. Un constat qui demande aux cabinets de revoir leurs pratiques, d’acquérir de nouvelles compétences et de recruter de nouveaux talents formés à ces nouvelles compétences. « On voit émerger depuis quelques années des besoins nouveaux en termes de ressources humaines, un recours à des profils d’un type nouveau, notamment spécialisés dans les systèmes d’information et le traitement des données » conclut le vice-président de la commission Formation de la CNCC, Etienne Latreille.

Photo 1 : de g. à dr., Denis Lesprit, président de la CNCC, et Patrick Muller, président de la CRCC de Colmar
Photo 2 : de g. à dr., Nathalie Malicet, vice-présidente de la CNCC, et Jessie Pallud, professeur des universités
Pour en savoir +www.cncc.fr

 

Parcourir l'historique du SIC :

Toutes les parutions

Juin 2019

SIC N° 385

  • La NPLAB, la nouvelle norme LAB du Conseil supérieur
  • 74e Congrès : demandez le programme
  • Aider les cabinets sur la stratégie numérique

Consulter

MAI 2019

SIC N° 384

  • Les chiffres-clés de la filière comptable
  • Lutte contre le blanchiment : la France évaluée en 2020 par le Gafi
  • Administration provisoire de l'expert-comptable

Consulter

AVRIL 2019

SIC N° 383

  • S'engager dans l'action au service de l'économie
  • Un congrès pour plonger au cœur des flux
  • Site privé : mais où gérer les délégations de droits Comptexpert

Consulter

MARS 2019

SIC N° 382

  • Les principaux dispositifs de l'épargne salariale
  • 74e Congrès : l'expert-comptable au cœur des flux
  • L'expert-comptable, un conseil qui compte

Consulter