MAI 2017

Consulter le SIC papier

Le SIC papier existe également en version numérisé .pdf, à télécharger ci-dessous.

Historique

AddToAny
Share

Jean Bouquot, président de la CNCC

Rencontre…

 « Je suis convaincu qu’il existe aujourd’hui de très grandes opportunités pour accroître la présence de la profession. »

Pour Jean Bouquot, président de la Compagnie nationale des commissaires aux comptes depuis trois mois, s’ouvre un mandat placé autour de cinq priorités dans une période
qui fait suite à la très récente réforme de l’audit.

 

Indiscutablement, cette mandature s’ouvre autour de plusieurs axes prioritaires, dont évidemment celui de l’unité et de la solidarité de la profession, préalables indispensables à une juste réponse de la profession aux défis qui s’annoncent.

Bien entendu, ces réponses doivent aussi s’associer avec celles engagées par le Conseil supérieur et nous construisons d’ores et déjà avec Charles-René Tandé les termes d’un dialogue justement placé autour de ces objectifs.

 

La première priorité de cette mandature est la mobilisation de la profession autour des mandats PE, c’est-à-dire les mandats dans les 140 000 entités de petite taille où intervient un commissaire aux comptes.

La réforme européenne de l’audit engagée il y a six ans, a transposé dans le droit français la proportionnalité de l’audit, autrement dit, son adaptation aux petites entités : ceci donne ainsi une nouvelle assise juridique spécifique à l’exercice des missions du commissaire aux comptes dans ces PE.

 

Dans ce contexte, j’ai souhaité mobiliser tous les élus de la profession et tous les moyens de la Compagnie nationale autour de l’utilité et la promotion de la valeur ajoutée du commissariat aux comptes dans ces mandats. Une commission Pôle PE, transversale à toutes les autres commissions et groupes de travail de la Compagnie, en constitue la cheville ouvrière essentielle. 

Nous ne pouvons pas continuer d’être vus par certains comme une contrainte administrative ou un poids mais au contraire comme un élément positif dans la démarche de croissance et de transparence des entreprises. Cette mobilisation passe également par celle de notre régulateur le H3C et de tout notre environnement autour de cet objectif. Nous savons pouvoir compter sur eux pour y concourir.

 

Le second enjeu pour la profession est celui de l’attractivité.

La profession doit s’engager dans une vaste démarche de communication auprès des enseignants et des jeunes de nos lycées, universités et grandes écoles… pour poursuivre son recrutement de jeunes talents. Ils seront les ambassadeurs de demain du commissariat aux comptes. 

A côté de la voie royale du diplôme de l’expertise comptable, nous devons également transformer notre certificat d’aptitude en une chance ouverte à la valorisation des acquis de l’expérience : attirer ou conserver dans nos cabinets des talents venant d’horizons nouveaux, de plus en plus sollicités dans un commissariat aux comptes qui se diversifie vers de nouveaux mandats publics ou environnementaux, pour ne citer que ces deux exemples.

 

Le troisième enjeu de cette mandature est celui du numérique et de l’innovation. Il est d’ailleurs commun avec le Conseil supérieur et nous devons évidemment échanger pour parvenir à des dispositifs efficaces et surtout attendus pour accompagner nos cabinets dans ce véritable tournant.

Nous devons aussi tous nous mobiliser pour que nos entrepreneurs, et notamment les plus petits d’entre eux, prennent totalement conscience de cet enjeu qui est autant le leur que le nôtre. Cet enjeu est indissociable de celui de la cyber-sécurité et nos professionnels peuvent y jouer un rôle majeur.

 

Quatrième priorité, celle de notre développement. Je suis convaincu qu’il existe aujourd’hui de très grandes opportunités pour accroître la présence de la profession. Jamais le besoin de transparence n’a été aussi manifesté. Cela concerne tout autant la vie publique que les attentes légitimes de nos concitoyens envers la confiance dans l’économie

 

Bien entendu je n’oublie pas dans ces priorités, celle plus institutionnelle de la mobilisation de nos compagnies régionales. Leurs actions et leur rôle de proximité, au plus près des attentes de nos consœurs et confrères, sont précieux. Je vois dans les délégations que notre régulateur nous confie en matière d’inscription, de contrôle d’activité non EIP ou de suivi de la formation, le renforcement de cette proximité.

 

Ces cinq priorités techniques, résolument placées sous le signe de l’unité professionnelle, d’un dialogue équilibré avec notre régulateur, et de rencontres économiques et politiques, ont été au cœur des trois premiers mois de l’action de cette nouvelle mandature. 

 

Parcourir l'historique du SIC :

ABONNEZ-VOUS AU SIC NUMERIQUE

Le SIC Numérique parait mensuellement, à l’instar de son homologue papier. Pour être averti par mail de la publication d’un nouveau numéro, abonnez-vous !
ABONNEZ-VOUS AU SIC NUMERIQUE
Le SIC Numérique parait mensuellement, à l’instar de son homologue papier. Pour être averti par mail de la publication d’un nouveau numéro, abonnez-vous !

Toutes les parutions

OCTOBRE 2017

SIC N° 366

  • Les associations et les fondations : un marché ouvert à la profession
  • Déclaration sociale nominative : la DSN c'est parti !
  • Archivage des dossiers par les cabinets d'exercice comptable

Consulter

Septembre 2017

SIC N° 365

  • Zoom sur le programme du 72e Congrès
  • Passez à la vitesse supérieure avec capsurlenumerique.fr
  • Découvrez la version 2017 de l'étude « Marchés de la profession comptable »

Consulter

JUILLET-AOUT 2017

SIC N° 364

  • Les outils pratiques du 72e Congrès
  • Enquête de perception : « Et si vous pensiez comme vos clients ? »
  • Etude sur les marchés de la profession : le recours aux experts-comptables

Consulter

Juin 2017

SIC N°363

  • 72e Congrès : demandez le programme
  • Sociétés d'expertise comptable : de nouveaux exemples de statuts
  • Les marchés de la profession comptable
  • Une élection présidentielle inédite : et après ?

Consulter