Septembre 2017

Consulter le SIC papier

Le SIC papier existe également en version numérisé .pdf, à télécharger ci-dessous.

Historique

AddToAny
Share

Cap sur le numérique !

Sanaa Moussaïd, présidente du Comité transition numérique

« Rappelez-vous qu’une évolution n’est une menace que pour ceux qui n’évoluent pas ! »

Depuis quelques années, le Conseil supérieur a fait du numérique une priorité. C’est ainsi que le programme Cap sur le numérique a été lancé pour accompagner les cabinets dans cette révolution. Sic donne la parole à Sanaa Moussaïd, présidente du Comité transition numérique, afin d’évoquer les prérogatives de la profession pour piloter cette mutation stratégique tant au niveau du cabinet et des collaborateurs que des clients.

 

Cap sur le numérique propose de diagnostiquer la maturité numérique du cabinet et des collaborateurs pour en mesurer et en analyser les impacts. Pouvez-vous nous révéler en exclusivité les prochaines étapes du dispositif ? 

Tout d’abord, il me paraît important de rappeler qu’il est essentiel d’accompagner les experts--comptables vers la construction du cabinet de demain pour qu’ils soient identifiés comme étant de véritables acteurs de la transition numérique. Cap sur le numérique est la réponse de l’Ordre à cet enjeu. L’objectif de cette nouvelle plateforme est de travailler en amont pour faire en sorte que les professionnels soient prêts à accompagner les chefs d’entreprise en répondant à leurs attentes spécifiques.

Ce site a bien entendu vocation à s’enrichir en permanence pour apporter des réponses au fil de l’eau, en un même et unique lieu et sur des problématiques très différentes. En cela, il irrigue la réflexion des experts-comptables mais aussi et surtout l’action du Comité transition numérique, que nous avons créé en avril dernier : la réflexion car elle nous permet de flécher des thèmes de questionnement que nous ne pouvons ignorer ; l’action car elle nous impose de trouver les solutions pour décoder les sujets qui vont nous aider à adapter notre perception, nos approches et nos process.

Les ressources proposées à ce jour sont vastes : des diagnostics (cabinets et collaborateurs), des formations gratuites dispensées par les IRF, des e-learning technologiques et la sensibilisation dispensée aux experts-comptables et leurs équipes (MOOC, bonnes pratiques et ressources, supports de présentation, films d’animation, Newsletter…). La prochaine étape consiste à :

  • déployer des formations « accélération » pour mieux coller aux réalités des cabinets et leur proposer une mise en œuvre opérationnelle leur permettant de bâtir leur propre plan d’action en matière de transition numérique ;
  • élaborer un kit mission pour aider les cabinets à accompagner leurs clients. 

Je souhaite en effet élargir le spectre en proposant un développement de nouvelles missions. Outre des exemples de lettre de mission, seront proposés des outils pratico-pratiques qui viendront compléter et enrichir la palette d’outils numériques déjà existants.

 

Quels sont, d’après vous, les atouts indéniables de l’expert-comptable pour accompagner ses clients dans leur transformation numérique ?

D’après l’étude Harris Interactive, réalisée à l’occasion du 70e Congrès de l’Ordre, 80 % des dirigeants de TPE et PME font confiance en priorité à leur expert-comptable pour accompagner la transition numérique de leur activité. Je suis profondément convaincue qu’il est de notre devoir de franchir ce cap pour demeurer des accélérateurs de croissance pour les TPE et PME. L’expert--comptable, au cœur du système, est le mieux placé pour accompagner ses clients dans cette transition car il maîtrise la globalité des contours relatifs à ses clients : organisation, processus de production, systèmes.

C’est pour cela que dès ma prise de fonction, la formation a été pour moi l’un des piliers sur lesquels j’ai souhaité avancer en priorité avec le Comité transition numérique. En effet, il est essentiel de parfaire notre connaissance des outils, et d’être sensibilisé à l’impact potentiel de ces derniers sur chacune des fonctions du cabinet pour mieux nous positionner par rapport à ces technologies.

 

Pouvez-vous nous expliquer les avantages que représentent selon vous les réseaux sociaux pour la profession ?

Les réseaux sociaux sont des lieux de création et d’échanges d’informations et de contenus entre individus. Leur utilisation dans le cadre professionnel, en alimentant par exemple la page cabinet Facebook ou le compte Twitter avec des informations sur son expertise, ses clients, sa société et en faisant une veille continue, a un impact incroyable en matière d’attractivité ! Cela donne une puissance d’audience très difficile à obtenir par ailleurs. 

La technique de l’autruche n’est pas la solution ! Nous pouvons à titre d’exemple évoquer cette fameuse génération Y qui maîtrise tous les codes de cette culture numérique car elle la connaît depuis le berceau. Quelles que puissent être nos priorités pour adapter notre métier, la condition première de toute évolution est d’adopter un état d’esprit d’ouverture au changement. C’est pour cela que j’invite les professionnels à s’approprier ces nouveaux codes et à faire preuve d’une grande agilité car nous savons aussi qu’ils évoluent très vite. 

Je vous mets toutefois en garde sur les menaces liées à l’utilisation des réseaux sociaux. En effet, les récentes cyberattaques ont été facilitées par la récupération d’informations personnelles permettant de “deviner” plus facilement des mots de passe… Par ailleurs, l’utilisation par les collaborateurs est extrêmement compliquée à encadrer pour les cabinets qui peuvent faire face, à leur insu, à de nombreuses problématiques telles que l’atteinte à l’e-réputation ou l’usurpation d’identité. Il est donc indispensable d’en maîtriser les risques et surtout de sensibiliser les collaborateurs aux dangers liés aux cyberattaques et à l’utilisation des réseaux sociaux. La mise en place d’une charte d’utilisation des réseaux sociaux au sein des structures d’exercice professionnel pourra être une solution permettant d’informer les collaborateurs sur certains comportements pouvant porter atteinte à l’entreprise.

 

Et dans la pratique, pourriez-vous donner quelques conseils pour qu’un cabinet améliore sa stratégie digitale ? 

La robotisation des processus du cabinet (numérisation des factures, télétransmission, plateformes Saas…) doit à mon sens permettre au professionnel de se concentrer sur un travail de plus grande valeur ajoutée. Il s’agira donc d’une opportunité pour ceux qui sauront en relever les enjeux.

Dans la pratique, trois leviers sont incontournables pour améliorer la stratégie digitale d’un cabinet :

  • Utiliser tout le potentiel des outils numériques et collaboratifs, pour mieux produire, vendre et prendre en charge les tâches les plus lourdes ;
  • Mettre en place une communication digitale adaptée à sa cible et son domaine de compétence en fournissant régulièrement du contenu pertinent et prendre le temps de communiquer régulièrement sur les réseaux sociaux pour un meilleur référencement ; 
  • Accepter de s’adapter continuellement à ce nouvel écosystème en prenant en compte l’évolution des habitudes de consommation, des modes de management, des approches marketing. 

Rappelez-vous qu’une évolution n’est une menace que pour ceux qui n’évoluent pas !

 

Pouvez-vous nous dévoiler les prochaines festivités ?

Il est prévu d’organiser une convention numérique sur une journée entière à Paris. Cette journée, riche et dense, sera consacrée au numérique et à la transformation des cabinets ; l’opportunité pour les cabinets de réinventer leur métier et d’en redéfinir les contours.

Les propos de Nelson Mandela traduisent parfaitement le chemin que nous devons emprunter, avec discernement mais détermination : « Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends ». Les start-ups ne font rien d’autre avec les approches « test and learn » ou « fail, fast, succeed sooner ». Nous devons ainsi apprendre de ces entreprises digitales pour insuffler un esprit “start-up” à nos cabinets. Si vous voulez en savoir plus, rendez-vous dans quelques mois… 

 

 

 

 

 

 

 

Documents à télécharger

CAP SUR LE NUMÉRIQUE POUR NE PAS PERDRE LE NORD.PDF

(pdf - 792.81 Ko - Mise en ligne le 1/09/2017 )

Parcourir l'historique du SIC :

ABONNEZ-VOUS AU SIC NUMERIQUE

Le SIC Numérique parait mensuellement, à l’instar de son homologue papier. Pour être averti par mail de la publication d’un nouveau numéro, abonnez-vous !
ABONNEZ-VOUS AU SIC NUMERIQUE
Le SIC Numérique parait mensuellement, à l’instar de son homologue papier. Pour être averti par mail de la publication d’un nouveau numéro, abonnez-vous !

Toutes les parutions

Septembre 2017

SIC N° 365

  • Zoom sur le programme du 72e Congrès
  • Passez à la vitesse supérieure avec capsurlenumerique.fr
  • Découvrez la version 2017 de l'étude « Marchés de la profession comptable »

Consulter

JUILLET-AOUT 2017

SIC N° 364

  • Les outils pratiques du 72e Congrès
  • Enquête de perception : « Et si vous pensiez comme vos clients ? »
  • Etude sur les marchés de la profession : le recours aux experts-comptables

Consulter

Juin 2017

SIC N°363

  • 72e Congrès : demandez le programme
  • Sociétés d'expertise comptable : de nouveaux exemples de statuts
  • Les marchés de la profession comptable
  • Une élection présidentielle inédite : et après ?

Consulter

MAI 2017

SIC N° 362

  • 72e Congrès : une thématique et quatre axes consacrés au conseil
  • Rencontre avec Jean Bouquot, président de la CNCC
  • Les compte de campagne en pratique

Consulter