AddToAny
Share

Plénière de clôture : construisons ensemble les missions de demain

Ecoute des besoins, dialogue pour co-construire des solutions adaptées, travail en complémentarité avec d’autres professionnels experts ; l’Ordre a illustré à quel point se placer dans une telle démarche de “conseil” ouvre de riches perspectives pour l’avenir des experts-comptables. 

 

 

Partageant une même vision du rôle clé des professionnels des comptes, leurs porte-paroles et les pouvoirs publics construisent déjà l’avenir ensemble, afin qu’ils soient demain un levier majeur de la croissance économique française ; c’est sans nul doute ce que les congressistes retiendront des trois discours inauguraux de cette plénière.

En remerciant Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, de sa présence, Charles-René Tandé a en effet tout d’abord souligné qu’il était accueilli par « une profession unie », par « deux métiers complémentaires indispensables pour notre économie car ils guident les dirigeants des PME dans leur stratégie de croissance et ont toujours été une profession citoyenne, interprète et pédagogue des dispositifs publics ». Jean Bouquot, président de la Compagnie des commissaires aux comptes, a quant à lui rappelé que les deux métiers, au service de la transparence, « sont des acteurs du retour à la confiance ; engagés ensemble aux côtés des pouvoirs publics pour amplifier et sécuriser la croissance économique ». 

 

Vision commune, écoute constructive

En phase avec cette vision, Bruno Le Maire a expliqué pourquoi il croyait dans l’avenir des deux professions et surtout à quel point il comptait sur elles. « Je suis confiant dans la solidité économique de notre pays, a-t-il déclaré. Parce que cela va mieux et que le monde va vite, c’est le bon moment de transformer notre économie et notamment de consolider nos PME ». Ce qui ne peut que renforcer le rôle des experts-comptables et développer leur activité. A l’heure de la refonte du Code du travail, d’une révolution fiscale, de la réforme de la formation et du financement de l’innovation, le ministre a été aussi clair que direct : « je crois profondément dans votre avenir. Ce que vous apportez aux entrepreneurs français est irremplaçable… Vous êtes des acteurs indispensables du dialogue entre les entreprises et les pouvoirs publics… J’ai besoin de vous pour porter cette transformation nécessaire, accompagner les entreprises, expliquer le cap fixé. Je suis donc ici pour vous écouter et apporter des solutions à vos inquiétudes ».

 

 
Vers un dialogue renforcé

Confrontés à de nombreux défis, les experts-comptables et les commissaires aux comptes ont eux aussi exprimé leurs besoins. « Il faut réformer l’accès à la profession pour renforcer son attractivité  » a évoqué Jean Bouquot. « Il est temps d’adapter les formations, de donner les compétences utiles pour demain » a rebondi le ministre. « …Et de se remettre en cause. Cela vaut pour un expert--comptable comme pour un ministre ! ».

Saisissant cette invitation, Charles-René Tandé l’a interpellé en termes forts : « Vous pouvez compter sur nous pour être des relais dans la mise en œuvre des politiques. Aujourd’hui, en aval, nous assurons le « service après-loi ». Nous serons d’autant plus efficaces que nous aurons participé à leur élaboration. D’où notre souhait d’être en « service avant-loi ». Connaissant le quotidien des entreprises, nous pouvons apporter beaucoup à la réflexion du législateur. Il est temps, a-t-il poursuivi, de supprimer les régimes dérogatoires complexes, d’offrir aux PME un environnement stable et sécurisé. La simplification doit être réelle, pas de facade ! ». Globalement, il a appelé les pouvoirs publics à avoir le réflexe de consulter l’Ordre sur les projets de textes et à lever des contraintes pesant sur les cabinets – en citant l’exemple de la déclaration sociale nominative.

 

Messages reçus

Constatant qu’il serait vain de « mettre en place cette déclaration si les organismes complémentaires ne sont pas en mesure d’appliquer cette simplification », Bruno Le Maire a annoncé que « tous les organismes complémentaires qui ne se sont pas mis aux normes seront reçus pour leur demander de faire le nécessaire ».

Le ministre a également commenté le report du prélèvement à la source : « mieux vaut une décision préparée et complète qu’une décision précipitée ». Et évoqué l’élargissement des régimes simplifiés d’imposition : « je comprends votre inquiétude et présenterai l’année prochaine une loi sur la transformation des entreprises ». Enfin, il s’est félicité des mesures prises pour élargir la palette des services que peuvent offrir les experts-comptables car « pour accompagner nos entreprises, nous avons besoin de professionnels forts ! ». Tout en se disant « prêt à réfléchir à l’opportunité et à la possibilité juridique d’inclure des commissaires aux comptes dans les sociétés pluri-professionnelles d’exercice ». 

 

Autant de messages à « vos professions, dans lesquelles je crois profondément » et d’annonces conclues d’un : « Nous avons tout pour réussir. Tout ! » – qui lui ont valu une « standing ovation ».

 

73e Congrès : suspense !

Comment rebondir après un tel temps fort ? En continuant à -interagir, à nourrir la réflexion de chacun, et en lançant le 73e Congrès de l’Ordre. Du « best of » du World café – dont les travaux vont se prolonger – à une brillante synthèse prospective, les congressistes ont une dernière fois pu capter des informations utiles pour se lancer sur le chemin du conseil…

…Et peut-être, se laisser surprendre. Ils attendaient l’annonce du thème du prochain congrès ; Charles-René Tandé ne l’a pas révélé après avoir tracé à grands traits les priorités de sa mandature : accélérer la transformation de la profession, moderniser l’Ordre, le rendre plus présent dans le circuit de décision publique en s’appuyant efficacement sur ses réseaux locaux. Leur curiosité n’en a été que plus piquée. D’autant plus que Gilbert Le Pironnec, rapporteur général du 73e Congrès, a prolongé le suspense, indiquant seulement qu’il s’appuierait sur tous les travaux faits… Seule révélation : Clermont-Ferrand. 

Et là, ils ont sans doute été impressionnés, n’imaginant pas cette ville aussi riche et dynamique ! 

 

L’intelligence artificielle (IA) peut-elle faire disparaître le métier d’expert-comptable ?

Impossible, a répondu Pascal De Lima, économiste de l’innovation, spécialiste de prospective économique. Avec des arguments. Les métiers du chiffre existent depuis la nuit des temps et les robots ne sauront jamais « répondre à la question essentielle de la vérité des chiffres » a-t-il développé. « La neutralité, la déontologie et la capacité d’analyse seront des atouts d’autant plus prisés qu’ils seront le meilleur moyen de s’adapter à un monde très complexe ». Libéré de préjugés et de routines par l’intelligence artificielle, de plus en plus diversifié et proche du terrain, le métier mobilisera de nouvelles aptitudes pour être au cœur de la chaîne de valeur des entreprises : pragmatisme, esprit de synthèse, et surtout « encore plus de créativité au service de la croissance ».

 

 

1 sur 7

Parcourir l'historique du SIC :

ABONNEZ-VOUS AU SIC NUMERIQUE

Le SIC Numérique parait mensuellement, à l’instar de son homologue papier. Pour être averti par mail de la publication d’un nouveau numéro, abonnez-vous !
ABONNEZ-VOUS AU SIC NUMERIQUE
Le SIC Numérique parait mensuellement, à l’instar de son homologue papier. Pour être averti par mail de la publication d’un nouveau numéro, abonnez-vous !

Toutes les parutions

AVRIL 2018

SIC N°372

  • Bilan 2017 des TPE-PME françaises
  • Les fidélité des clients envers leur expert-comptable
  • Le triple A du Leader : ambitieux, anthentique, attachant !

Consulter

MARS 2018

SIC N°371

  • 10 commandements pour se prémunir de la cybercriminalité
  • 73e Congrès : stratégie et compétences pour la croissance
  • Le 73e Congrès ; un rendez-vous en terre d'exception à ne pas manquer

Consulter

FÉVRIER 2018

SIC N°370

  • Tout savoir sur la loi de finances  et loi de financement de la Sécurité sociale 2018

  • 5 questions à Gilbert Le Pironnec, vice-président  en charge du secteur Prospective  et Spécialités du Conseil supérieur

  • Le rapport de fin de mission,  en pratique

Consulter

JANVIER 2018

SIC N°369

  • Assurer le financement de la reprise d'entreprise
  • 5 questions à Lucie Desblancs, vice-présidente en charge du secteur Développement et Croissance économique du Conseil supérieur
  • 2e édition de la journée du numérique : un véritable succès !

Consulter