JUILLET-AOUT 2018

Consulter le SIC papier

Le SIC papier existe également en version numérisé .pdf, à télécharger ci-dessous.

Historique

AddToAny
Share

Daniel Allimant

Vice-président en charge du secteur Organisation et Management

Simplification des structures, informatisation et numérisation des tâches, gestion irréprochable des budgets, suivi des ressources humaines  ; ces mots clés résument la feuille de route de ce secteur axé sur le fonctionnement du Conseil supérieur. Objectif  : améliorer l'efficacité de l’institution afin de donner aux experts-comptables tous les moyens de développer leur activité et ainsi, à la profession, de rayonner.
Pourquoi avez-vous pris en charge cette mission au service de la profession  ?

Ma formation initiale, mon parcours et le temps que je peux mobiliser aujourd’hui m’ont naturellement conduit à revenir vers les institutions professionnelles à la demande de notre président. Revenir car si je m’étais déjà investi au niveau régional au début de ma carrière (cf. bio express), j’ai ensuite consacré toute mon énergie au développement d’un cabinet indépendant, repris avec des associés à Strasbourg. Puis, j’ai assuré successivement la direction générale et la présidence du réseau national que nous avions rejoint. Durant ces années, j’ai toujours accompli mes missions avec une sensibilité juridique et j’ai eu à manager une équipe centrale, en de nombreux points semblable à celle du Conseil supérieur.

En mars 2017, j’ai considéré que le moment était venu pour moi d’apporter à la profession un œil neuf et toute mon expérience.

 

En quoi consiste votre secteur  ? Qu’avez-vous constaté en dressant un état des lieux en 2017  ?

En charge de l’organisation et du management du Conseil supérieur, en liaison avec la trésorière et le secrétariat général, notre champ d’action couvre trois fonctions  : l’administratif et les finances, les ressources humaines et l’informatique. Le Conseil supérieur doit pouvoir mener à bien ses projets, tout en améliorant l’efficacité de ses services et en étant soucieux de la bonne gestion de ses budgets, notamment des cotisations de ses membres.

Nous cherchons donc comment optimiser son fonctionnement et l’utilisation de ses ressources financières, humaines et techniques afin d’apporter un maximum de services au meilleur coût. Et nous vérifions que les procédures de contrôle interne - qui sont bien appliquées - permettent d‘anticiper et de maîtriser les risques.

Cette mission s’exerce dans un environnement particulier : notre autorité de tutelle doit valider notre organisation et nos activités, et la continuité doit être assurée alors que les équipes sont élues tous les quatre ans.

L’état des lieux que nous avons réalisé au deuxième semestre de 2017, nous a permis de mesurer les spécificités de la mission et de déterminer des axes de progrès.

 

Quels sont les enjeux et les objectifs de votre mission  ?

En interaction avec de multiples intervenants, le Conseil supérieur doit assurer de nombreuses missions, de natures diverses et avec des enveloppes budgétaires très différentes.

Puisque “régalienne”, l’institution doit mobiliser des ressources humaines et informatiques liées à des contraintes légales : remettre un diplôme, inscrire, gérer le tableau, les litiges...

Parallèlement, l’organisation est complexe car l’Ordre est constitué d’un écosystème riche de nombreuses associations, appelées “satellites”. Certaines ont une activité commerciale à budgets conséquents, à l’image d’ECS, qui organise le congrès annuel de l’Ordre et gère les publications, ou d’ECMA en charge du portail jedeclare.com et de la récupération des extraits bancaires. D’autres animent des clubs (fiscal, social, etc.), assurent la formation (CFPC), font de la prospective des métiers (l’Académie…), sont axées sur l’international, etc.

Parmi elles, des associations impliquent des problématiques juridiques spécifiques : ECMA, par exemple, est responsable du portail JDC*, dont la maîtrise d’œuvre est sous-traitée à une société informatique extérieure. Résultat : de nombreuses questions liées aux contrats avec des prestataires, quelquefois à des contentieux, à la conformité légale… et qui nécessitent souvent une très grande réactivité.

Toutes témoignent de l’expertise, du dynamisme et de l’esprit d’innovation de notre profession. Afin que ces structures puissent mener efficacement leurs activités, notre principal enjeu est d’améliorer le fonctionnement de l’organisation et d’apporter une cohérence globale, tout en préservant une large autonomie à leurs décideurs, élus et permanents très impliqués. Notre programme de travail vise à simplifier l’organigramme, à harmoniser les statuts des satellites et leur mode de gouvernance, à uniformiser les procédures et à améliorer le contrôle.

 

Plus spécifiquement, sur les aspects financiers, quelles sont vos priorités pour 2018  ?

La commission Budget et Finances a mis l’accent avant tout sur l’efficacité et préconisé l’informatisation de procédures encore manuelles, un suivi budgétaire périodique et la mise en concurrence généralisée des fournisseurs. Il est en effet primordial, d’une part, de renforcer la fiabilité de notre système d’information, d’autre part, de concentrer l’activité des services financiers et comptables sur une information financière à valeur ajoutée et sur des développements qui aident les confrères dans leurs missions de contrôle qualité ou d’autodiagnostics clients par exemple.

Concrètement, avant fin 2018, grâce à un outil de reporting greffé sur notre logiciel comptable, les élus et les permanents disposeront d’un suivi budgétaire trimestriel efficace de leur budget. Nous avons également lancé le projet de « workflow » des procédures d’achats. Début 2019, tout sera informatisé depuis les bons de commande jusqu’aux factures et aux paiements, en passant par les notes de frais.

 

Quels sont les points clés en ce qui concerne le management des équipes  ?

Le Conseil supérieur et ses associations emploient environ 130 personnes, qui œuvrent dans les services : études, administratif et financier, juridique, informatique, besoins généraux, communication… Mon rôle n’est pas de les manager mais de veiller aux procédures internes – recrutement, évaluation, promotion – afin qu’elles soient équitablement appliquées et que le service le plus efficace et le moins onéreux soit apporté à la profession. Parallèlement, il est nécessaire de diversifier les profils et, en 2018, de renforcer les équipes du pôle numérique d’assistance aux experts-comptables et de veille, en recrutant notamment des ingénieurs.

 

Et l’informatique  ?

Compte tenu du nombre et de la complexité croissante des projets, il s’agit d’organiser le service informatique afin qu’il puisse, outre les travaux de maintenance habituels, mettre en œuvre rapidement les projets, l’informatisation du contrôle qualité, la refonte du site de paiement de la boutique et des clubs avec une généralisation du paiement en ligne... Ce qui passe par une simplification progressive de l’architecture technique informatique.

L’avancement de ces différents chantiers est piloté par des comités projets.

Le lancement du site internet public en juin et celui du site privé lors de notre congrès sont autant de vitrines et de concrétisations de cette démarche globale d’amélioration de l’efficacité et des performances du Conseil supérieur au bénéfice de la profession.

 

*JDC, portail sécurisé de télétransmission des déclarations fiscales et sociales.

BIO EXPRESS
Daniel Allimant
Une formation particulière 
 :
Avocat et école de commerce puis diplôme d’expert-comptable et de commissaire aux comptes.
1991-1993  : élu au Conseil régional de l’Ordre d’Alsace et président de la commission d’inscription au tableau de l’Ordre du Conseil régional.
Mars 2017: vice-président du Conseil supérieur.

 

Parcourir l'historique du SIC :

ABONNEZ-VOUS AU SIC NUMERIQUE

Le SIC Numérique parait mensuellement, à l’instar de son homologue papier. Pour être averti par mail de la publication d’un nouveau numéro, abonnez-vous !
ABONNEZ-VOUS AU SIC NUMERIQUE
Le SIC Numérique parait mensuellement, à l’instar de son homologue papier. Pour être averti par mail de la publication d’un nouveau numéro, abonnez-vous !

Toutes les parutions

Décembre 2018

SIC N° 379

  • ​73e Congrès « Stratégie et compétences pour la croissance »

Consulter

Novembre 2018

SIC N° 378

  • Règles de signature des travaux des cabinets d'expertise comptable
  • jesignexpert.com, la nouvelle plateforme de signature électronique
  • Mounir Mahjoubi, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances et du ministre de l'Action et des Comptes publics

Consulter

OCTOBRE 2018

SIC N° 377

  • Prélèvement à la source : une réforme majeure
  • Cendra Motin : le PAS est enclenché
  • Fusion Agirc et Arrco : bien s'y préparer

Consulter

SEPTEMBRE 2018

SIC N° 376

  • 5 questions à Florence Hauducœur
  • Le projet de loi Pacte examiné en commission spéciale
  • 73e Congrès : Préparez votre parcours thématique

Consulter