JANVIER 2019

Consulter le SIC papier

Le SIC papier existe également en version numérisé .pdf, à télécharger ci-dessous.

AddToAny
Share

La RSE, l’un des deux enjeux de la profession

« Nous sommes désormais convaincus que la profession est face à deux enjeux majeurs : le numérique et la RSE. Le premier a été intégré par tous, ce qui n’est pas le cas du second. Nous devons continuer d’œuvrer pour que nos confrères et consœurs intègrent la RSE à leur activité de conseil auprès des entités de toute taille. Il s’agit de veiller à l’intérêt général, à l’environnement et aux équipes ». C’est ainsi que Charles-René Tandé, président du Conseil supérieur, a ouvert la 18e cérémonie de remise des trophées RSE de la profession comptable le 6 décembre dernier.

Cet évènement a été l’occasion pour nos grands témoins de débattre de « la RSE, moteur de croissance des PME ». En effet, comme l’a souligné François Jégard, président du Comité RSE du Conseil supérieur, trois effets de levier existent pour les PME, TPE et ETI : le financier, le numérique et la RSE. L’un des sujets sur lequel peuvent s’engager les TPE, c’est la décarbonation. Antoine Bonduelle, conseiller au Cese (Conseil économique, social et environnemental) représentant le réseau Action climat (fédération regroupant les principales ONG défendant le climat), rapporteur de l’avis « TPE-PME, comment réussir le passage à la neutralité carbone », préconise « pour promouvoir la décarbonation, de créer un réseau d’ambassadeurs que pourraient être les branches professionnelles, les CCI, les centres d’artisanat, mais aussi la fonction comptable interne à l’entreprise et les cabinets ».

 

Une des autres propositions de l’avis consiste en la prise en considération de financements en faveur du développement durable. Idée que partage Philippe Kunter, directeur RSE de Bpifrance, qui intègre dans ses instructions de dossiers, une analyse extra-financière. Mais pas seulement. Pour lui, « l’accompagnement est aussi important que le financement », puisque ces démarches RSE doivent être révélées et mises en valeur pour en apprécier les bénéfices qualitatifs et quantitatifs.

 

C’est également ce vers quoi tendent les actions de la CPME (Confédération des Petites et Moyennes Entreprises), comme l’a expliqué Sandrine Bourgogne, secrétaire générale adjointe de la CPME, « la RSE doit apporter une reconnaissance, une valorisation ou une forme de retour sur investissements. » Pour accompagner les entreprises en ce sens, la CPME a signé une délibération paritaire en 2017 avec cinq centrales syndicales de salariés afin d’élaborer un cadre d’actions sectorielles.

Certes la RSE est surtout connue pour permettre un accès à des financements, de se différencier, de limiter les risques… mais son apport est moins connu en ce qui concerne les cessions/transmissions. Or, la RSE influe sur la valeur patrimoniale d’une entreprise puisque deux tiers de cette valeur repose sur l’immatériel (marque et réputation principalement). Un aspect non négligeable quand on connaît les difficultés rencontrées lors de cette ultime étape.

 

Autres aspects, le recrutement, l’attractivité de nouveaux talents et compétences et la favorisation de l’inclusion qu’un entrepreneur doit bien avoir en tête. En effet, les jeunes recherchent des entreprises qui partagent leurs valeurs et qui « tiennent compte des enjeux environnementaux, sociétaux et de gouvernance ». Des attentes qui ont bel et bien évolué, y compris pour les cabinets d’expertise comptable, comme l’a souligné Sophie Cipri, membre du bureau national de l’Anecs.

Une profession qui est également attendue sur le sujet par des chefs d’entreprise déjà engagés, comme en témoigne Bruno Le Breton, œnologue et vigneron, lauréat de l’édition 2017 dans la catégorie « meilleure démarche RSE » : « L’enjeu pour les experts-comptables est de participer à la mission sociétale, de redonner du sens aux entreprises au travers de chiffres significatifs pour les citoyens. Ainsi, leur regard sur les petites entreprises changera. Enfin, le développement de la blockchain sera aussi un enjeu majeur pour les experts-comptables. » Cette innovation technologique suscite des travaux pour en réduire son caractère énergivore. C’est un des chantiers sur lequel se pencheront le Comité RSE et le Club DD du Conseil supérieur, en 2019, dans leur programme « Objectif Business RSE » dédié à l’accompagnement des entreprises dans leur démarche RSE par les experts-comptables.

Tous convergent vers un même constat : la RSE permet de donner du sens à une entreprise et de créer de la valeur ! Accompagnez vos clients dans leur mutation RSE !

 

Les trois lauréats du 18e Trophée RSE de la profession comptable 

De g. à dr.  : François Jégard, Francis Deplace, Christine Desbois et Stéphane Carmine

 
La société BIC, lauréat de la catégorie ­Meilleure qualité des informations RSE produites en réponse à l’article 225, est spécialisée dans la fabrication et la commercialisation d’instruments d’écriture, briquets, rasoirs et produits publicitaires et promotionnels.


Christine Desbois, directrice développement durable, a expliqué que « la RSE est au cœur de la stratégie Groupe et de la gouvernance ». Elle a par ailleurs fait le point sur l’engagement RSE de la Société BIC à horizon 2025 « nous nous engageons à améliorer la qualité environnementale et sociétale de nos produits, à intégrer les enjeux du changement climatique, à réduire l’accidentologie à zéro, à contribuer à l’éducation de millions d’enfants ».

Le bailleur social, la SDH (Société Dauphinoise de l’Habitat) a reçu le prix de la Meilleure qualité des informations RSE produites de façon volontaire.

La SDH a engagé sa démarche RSE depuis 2007 en rendant compte de sa performance sur toutes les dimensions de la RSE, notamment grâce à son association avec Delphis, avec qui elle a co-élaboré un référentiel sectoriel avec les entreprises du secteur et de toutes les parties prenantes. « La SDH a choisi d’établir un reporting volontaire pour marquer son ancrage territorial, ses liens avec les entreprises locales et montrer son apport en termes d’immobilier social et foncier », a rappelé Francis Deplace, directeur de l’association Delphis et représentant de la SDH.

Carmine SA, qui œuvre pour la valorisation du patrimoine bâti [peinture, ravalement, isolation thermique (ITE)] a été récompensée par un Coup de cœur « Gouvernance » dans la catégorie « ­Meilleure démarche RSE ».
Stéphane Carmine, son DG, a indiqué que l’entreprise « est un des moteurs de la filière RQE*, unique en France. Nos trois piliers sont ainsi : la performance économique, le respect de l’environnement et des patrimoines et le volet social ». La cotation de bancaire est de G3+, « grâce notamment à notre cabinet d’expertise comptable ». L’entreprise vient de terminer un chantier zéro carbone, leur permettant d’assurer leur mission face aux défis de santé publique, de qualité de l’air et de réchauffement climatique.

*Recherche Qualité Environnementale
Pour aller plus loin
Trophée 2018  : http://cdd.asso.fr/trophee/les_editions/trophee_2018

Participez à la co-construction de nos nouveaux modèles économiques et à la transformation de nos cabinets vers la RSE, en adhérant au Club développement durable  :
www.boutique-experts-comptables.com/le-club-developpement-durable

Parcourir l'historique du SIC :

Toutes les parutions

Juin 2019

SIC N° 385

  • La NPLAB, la nouvelle norme LAB du Conseil supérieur
  • 74e Congrès : demandez le programme
  • Aider les cabinets sur la stratégie numérique

Consulter

MAI 2019

SIC N° 384

  • Les chiffres-clés de la filière comptable
  • Lutte contre le blanchiment : la France évaluée en 2020 par le Gafi
  • Administration provisoire de l'expert-comptable

Consulter

AVRIL 2019

SIC N° 383

  • S'engager dans l'action au service de l'économie
  • Un congrès pour plonger au cœur des flux
  • Site privé : mais où gérer les délégations de droits Comptexpert

Consulter

MARS 2019

SIC N° 382

  • Les principaux dispositifs de l'épargne salariale
  • 74e Congrès : l'expert-comptable au cœur des flux
  • L'expert-comptable, un conseil qui compte

Consulter