SEPTEMBRE 2019

Consulter le SIC papier

Le SIC papier existe également en version numérisé .pdf, à télécharger ci-dessous.

AddToAny
Share

Se rappeler du passé pour aborder sereinement l’avenir… et rester au cœur des flux

Épisode 2 et fin : 1974 à aujourd’hui

Pour le 74e Congrès, les rapporteurs, Sanaa Moussaid, Dominique Perier et Fabrice Heuvrard confirment la place de l’expert-comptable au cœur des flux. Pour ce faire, ils abordent la thématique de manière chronologique en distinguant l’expert-comptable d‘aujourd’hui, de demain et d’après-demain :

  • Le cabinet  d’aujourd’hui : quelles sont les technologies, les usages et les modes de management nécessaires pour être un « cabinet contemporain au cœur des flux » ?
  • Le cabinet  de demain : quelles sont les technologies, les usages et les modes de management nécessaires pour être un « cabinet moderne au cœur des flux  » ?
  • Le cabinet  d’après-demain : quelles sont les technologies, les usages et les modes de management nécessaires pour être un « cabinet avant-gardiste au cœur des flux » ?

Mais avant de parler d’aujourd’hui et de demain, il est intéressant de faire un retour dans le passé et de regarder les méthodes utilisées par les cabinets d’hier.

 

1974-2000 : le CSOEC installe les experts-comptables au cœur de la technologie1

Le Comité informatique du Conseil supérieur de l’ordre des experts-comptables est mis en place au début de l’année 1974 (avec des comités régionaux informatiques), en même temps qu'est recruté au sein de l’institution un diplômé d'expertise comptable plus spécialement chargé de l'étude des problèmes informatiques.

 

Le comité lance aussitôt une enquête nationale sur les besoins informatiques de la profession qui va permettre au Conseil supérieur de :

  • développer des actions de sensibilisation
  • proposer des formations professionnelles
  • établir des recommandations dans ce domaine, notamment celle de mai 1975 sur la révision des comptabilités par des moyens informatiques.

Dans la foulée, une sous-commission “informatique” du CPDN2 est inaugurée au même moment que le Comité national informatique.

Par l'intermédiaire de son comité informatique, le Conseil supérieur va accompagner et anticiper le développement informatique de la profession, au gré des évolutions technologiques.

 

En pointe dans le développement des téléprocédures, le Conseil supérieur crée ainsi l’association Edificas3 avec des sociétés de service afin de mutualiser les projets informatiques notamment la définition d’un langage commun pour normaliser la transmission d’échanges de données informatisées, téléprocédures…

Pour accompagner le développement des solutions opérationnelles, le concours annuel « Disquette d’or », devenu Eurêka4, récompense, depuis 1987, les concepteurs de logiciels, d’applications ou de sites susceptibles d’aider les experts-comptables dans leurs missions et/ou dans la gestion de leur cabinet.

Dès 1999, le Conseil supérieur décide de créer un portail internet sécurisé déclaratif consacré à la télétransmission des déclarations fiscales, sociales et d'états comptables.

 

2000 à la veille du 74e Congrès : un changement de millénaire, l’avènement d’internet et de ses applications5

La vague d’Internet et des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) déferle sur l’ensemble des entreprises du monde occidental, dans une atmosphère anxiogène, annonciatrice d’un bug qui n’arrivera jamais.

Les experts-comptables, en tant que chefs d’entreprise et conseillers des entreprises, vont très rapidement être touchés par cette révolution qui va remettre en cause l’organisation de leurs cabinets et permettre de faire évoluer leurs missions

 

Ainsi, à la fin des années 90 et au début de années 2000, le Conseil supérieur propose « E.expert » pour inciter et aider les cabinets à créer leur site internet. Aujourd'hui 75 % des experts-comptables ont un site6.

 

L’année 2000 marque également la naissance du portail « jedeclare »7. Acteur majeur de l’administration, « jedeclare » permet de répondre aux obligations télédéclaratives fiscales et sociales des entreprises et propose un service d’archivage et un espace de stockage aux utilisateurs.

 

En l’an 2000 commencent également les premières réflexions sur la mise en place d’une signature électronique dans la profession, qui aboutiront en 2011 à la naissance de Signexpert, récemment remplacée par « jesignexpert »8.

 

74e Congrès : l’expert-comptable au cœur des flux9

La thématique du congrès 2019 s’est imposée d’elle-même pour s’assurer d’embarquer tous les membres de la profession sur le chemin de la transition numérique montrer comment la profession anticipe les choix d’après-demain pour mieux s’y préparer

 

La profession est donc installée au cœur des flux, qu’elle que soit leur nature, pour envisager sereinement son avenir en évoluant et en s’adaptant à son écosystème… comme elle a su le faire depuis bientôt 75 ans.

 

Eric Ferdjallah-Chérel

Directeur du département des études du Conseil supérieur

 

 

1. Inspiré de « La marque Expert-comptable au service de l’économie - 70 ans d’histoire »
2. Comité permanent des diligences normales
3. www.edificas.fr
4. www.eureka-ec.fr
5. Inspiré du Sic n° 179 de janvier 2000.
6. Chiffres issus de l’enquête : « L’expert-comptable numérique » - Collection des études/Observatoire de la profession - septembre 2019 - disponible sur www.bibliordre.fr
7. www.jedeclare.com
8. www.jesignexpert.com
9. www.congres.experts-comptables.com

Parcourir l'historique du SIC :

Toutes les parutions

NOVEMBRE 2019

SIC N° 389

OCTOBRE 2019

SIC N° 388

  • La SPE, une réunion de compétences
  • Prélèvement à la source : quelles évolutions ?
  • Evolutions de la réglementation de la profession : compétences spécialisées

Consulter

SEPTEMBRE 2019

SIC N° 387

Juillet-Août 2019

SIC N° 386

  • La palette de nos prestations s'élargit !
  • Mission d'audit contractuel d'états financiers en France
  • La seconde édition de la Conférence de Paris réussit son pari

Consulter