OCTOBRE 2019

SIC N° 388

AU SOMMAIRE:
Edito
En bref
5 questions à...
Focus
Vie de l'Ordre
Exercice professionnel
Actu des régions
Les incontournables de l’Ordre
Partenaires
OCTOBRE 2019

Consulter le SIC papier

Le SIC papier existe également en version numérisé .pdf, à télécharger ci-dessous.

AddToAny
Share

Tout savoir sur la blockchain des diplômés

Dans un monde digital ultra connecté, la sécurisation des données est stratégique. La blockchain peut être une solution, mais elle reste encore difficile d’accès pour nombre d’experts-comptables. Conscient de cette difficulté à comprendre et à appréhender cette nouvelle technologie, le Conseil supérieur a développé le projet de la blockchain des diplômés. En lui donnant la possibilité d’en apprivoiser les tenants et aboutissants d’une façon intuitive, il encourage la profession dans sa mue digitale. Il se positionne ainsi comme précurseur, à l’image des plus grandes universités. 
Pourquoi ce projet ?

La profession est aujourd’hui touchée par de nombreux bouleversements qui résultent notamment de :

  • la modification des usages, liée au développement fulgurant des nouvelles technologies qui continueront à impacter la profession dans les années à venir ;
  • l’entrée sur le marché de nouveaux acteurs s’appuyant sur ces nouvelles technologies pour redéfinir, voire disrupter les offres existantes ; 
  • la loi Pacte qui permet aux diplômés du DEC salariés en entreprise de s'inscrire dorénavant au Tableau de l’Ordre et pose la question de la certification des diplômes. 

L’Ordre s’est donné pour mission d’aider les cabinets d’expertise comptable à intégrer les nouvelles technologies majeures, en développant un cas d’usage concret pour la profession : certifier les diplômes du DEC dans la blockchain. L’objectif : les aider à comprendre les enjeux de cette technologie qui passionne. 

 »Blockchain1 : technologie de stockage et de transmission dinformations, transparente, sécurisée, infalsifiable et sans organe de contrôle. Il sagit dune base de données contenant lhistorique de tous les échanges réalisés entre ses utilisateurs depuis sa création. En comprendre le fonctionnement vous permettra didentifier et danticiper les conséquences dans votre pratique professionnelle ». 

Si cela semble encore abstrait pour de nombreux professionnels, ce projet les aidera à s’approprier cette technologie : 

  • En leur donnant l’occasion de la tester, afin d’acquérir une vision précise et technique des grands principes de fonctionnement de la blockchain ;
  • En développant un cas d’usage qui fonctionne dès aujourd’hui sur la blockchain, sans risque comme pourraient l’être des transactions financières, par exemple ;
  • En utilisant la blockchain comme moyen de tenue d’un registre infalsifiable et ainsi assurer la « preuve d’existence » des diplômes. En effet, de nombreux sites web ont vu le jour proposant la vente de faux diplômes, dits « usines à diplômes », commercialisés à des prix variant entre 150 € et 200 €. Conséquence : près d’un tiers des candidats ont « souvent » ou « toujours » indiqué dans leur CV un diplôme qu’ils n’ont jamais obtenu2. Ce phénomène qui touche les experts-comptables s’avère hautement sensible s’agissant d’une profession réglementée.
Concrètement, comment ça marche ?

Pour chaque diplômé depuis 1995, l’Ordre génère une attestation, accessible à chaque expert-comptable, sur la partie privée du site : www.experts-comptables.fr dans Mon espace > Mes attestations.

 

 

Les diplômés non-inscrits à l’Ordre ont la possibilité de demander leur attestation via le site public. 

 

Toute personne en possession de cette attestation au format pdf peut en vérifier l’authenticité via le site public de l’Ordre en utilisant l’empreinte numérique du document.

L’Ordre a créé pour chaque session du DEC une liste des empreintes numériques des attestations générées. L’empreinte de ces listes a ensuite été inscrite dans la blockchain bitcoin pour sécuriser définitivement ces données et est donc accessible à tous et infalsifiable. 

 

Dans le cas de la blockchain des diplômés, il existe deux sortes d’empreintes numériques :

  • celles des attestations ;
  • celles des listes de sessions.

Ces deux sortes d’empreintes numériques distinguent deux étapes dans l’authentification :

  • vérifier que l’attestation fait partie d’une session recensée ;
  • vérifier que la session a bien été inscrite dans la blockchain.
Comment vérifier que l’attestation de diplôme fait partie d’une session recensée ?

Pour cela, il vous suffit de vous munir de votre attestation (au format pdf) et de la glisser dans le bloc prévu à cet effet, un peu plus bas dans la page.

 

 

Si celle-ci est reconnue, le site vous affichera la date de session de l’attestation et vous invitera ensuite à passer à l’étape n°2 facultative : la vérification de la présence de la session dans la blockchain.

 

 

 
Comment vérifier que la session de diplômés est bien présente dans la blockchain ?

Une fois que l’attestation est validée et la date de la session affichée, une empreinte numérique apparaît. Cette empreinte correspond à celle de la session concernée. Pour la vérifier, vous devez la copier et cliquer sur le bouton en-dessous qui vous amènera directement sur la transaction concernée, via un des portails de la blockchain. 

 

 

Il vous suffira de vérifier que l’empreinte numérique que vous avez copiée précédemment est bien présente sur la page (pour ce faire, vous pouvez utiliser la fonctionnalité de recherche de votre navigateur ctrl + f).

 

 

En principe, votre attestation fait bien partie d’une des sessions recensées par le Conseil supérieur et renseignées sur la blockchain.

 

1. Extrait de « Les mots des flux de A à Z », 74Congrès de l’Ordre des experts-comptables. 
2. Source Le Figaro Etudiant, étude réalisée par le cabinet de conseil en recrutement Florian Mantione.

 

 

Parcourir l'historique du SIC :

Toutes les parutions

OCTOBRE 2019

SIC N° 388

  • La SPE, une réunion de compétences
  • Prélèvement à la source : quelles évolutions ?
  • Evolutions de la réglementation de la profession : compétences spécialisées

Consulter

SEPTEMBRE 2019

SIC N° 387

Juillet-Août 2019

SIC N° 386

  • La palette de nos prestations s'élargit !
  • Mission d'audit contractuel d'états financiers en France
  • La seconde édition de la Conférence de Paris réussit son pari

Consulter

Juin 2019

SIC N° 385

  • La NPLAB, la nouvelle norme LAB du Conseil supérieur
  • 74e Congrès : demandez le programme
  • Aider les cabinets sur la stratégie numérique

Consulter