Juin 2017

Consulter le SIC papier

Le SIC papier existe également en version numérisé .pdf, à télécharger ci-dessous.

Historique

AddToAny
Share

Une élection présidentielle inédite : et après ?

Le 9 mai 2017, le Conseil supérieur a accueilli une réunion-débat sur le nouvel équilibre - voire le déséquilibre - politique issu de la présidentielle. Charles-René Tandé a ouvert les débats en rappelant le rôle joué par l’Ordre dans le cadre des comptes de campagne depuis les lois organiques de 1988. 

 

Une rencontre générée par une élection hors normes

Organisée par le Comité Carnot1 et par l’Observatoire de la vie politique et parlementaire, cette rencontre a permis d’analyser les turbulences initiées par une élection hors norme et d’esquisser les conséquences possibles lors des prochaines législatives. Les débats ont été animés par Denys Pouillard, directeur de l’Observatoire, et Yannick Prost, président du Comité Carnot.

 

« Que se passe-t-il dans ce pays ? », s’est interrogé ­Stéphane Rozès lors de la première table ronde sur les résultats électoraux. Pour le politologue, preuve a été apportée que « c’est le peuple français qui fait la politique, c’est le bas qui fait le haut ».  « Le débat existentiel a mis de côté les partis de gouvernement », mais les ambiguïtés de la victoire ­d’Emmanuel Macron vont l’obliger « à monter en première ligne en menant seul la campagne des législatives ».

Patrick Roger, journaliste au Monde, a insisté aussi sur « l’enjeu central qu’a constitué la place de la France dans le monde » et sur le paradoxe de la victoire : le pays le plus pessimiste a élu le candidat le plus optimiste sur les vertus des échanges internationaux. Restent des obstacles sur son chemin. Le nouveau Président doit conquérir une majorité à l’Assemblée nationale, mais le Sénat demeurera à droite, « ce qui interdit toute réforme institutionnelle durant le quinquennat ». Sauf recours à un référendum, a souligné Dominique Rousseau, professeur de droit constitutionnel à Paris 1. Pour lui, « le paysage politique a été totalement éclaté » et « les législatives deviennent l’occasion pour Emmanuel Macron de se construire une majorité personnelle ». Mais les incertitudes sont si grandes que rien n’assure qu’il obtienne une majorité absolue de députés.

 

Cette perspective a dominé les analyses données lors de la seconde table ronde sur « la territorialisation du vote ». « Rien ne garantit que les électorats de la présidentielle se retrouveront de la même manière lors des législatives », a estimé Joël Gombin, professeur à Sciences-Po Paris et Aix. Spécialiste du Front national, il souligne l’importance du vote tactique lors de cette présidentielle. Il a noté la complexité de certains électorats, « composés eux-mêmes d’agrégats d’électeurs ». Les votes Front national dans le Nord et le Grand Est ne recouvrent pas les motivations de ceux de PACA.  Professeur à l’Université Paris-Est, Vincent Aubelle a déploré le manque d’intérêt pour les collectivités locales dans le rétablissement de la démocratie. « Tant qu’on ne reviendra pas au vivant des territoires, on ne résoudra pas nos passions tristes, a-t-il insisté. Ce qui commence par le respect d’une véritable égalité dans l’accès aux biens essentiels ». « Il n’y a aucune instance de dialogue entre l’Etat et les collectivités locales », a déploré Rollon Mouchel-Blaisot, préfet, directeur général de l’AMF ; d’où un regard attentif sur la proposition du nouveau président de la République de valoriser une conférence des collectivités, interface de dialogue direct avec l’exécutif. Il a souhaité par ailleurs plus de complémentarité entre les différents niveaux d’administration.

Analyste des territoires d’outre-mer, Frédéric Régent a enfin tenté d’expliquer le succès de Marine Le Pen auprès des ultra-marins ; il tiendrait aux craintes face à des immigrations mal maîtrisées. Et là où les partis nationalistes sont forts, l’abstention et le vote blanc jouent pour elle.

 

En conclusion de cette réunion, Dominique Rousseau et Rollon Mouchel-Blaisot ont relevé la complexité de gouvernance qu’engendrerait une absence de majorité parlementaire, contraignant le Président à l’utilisation ­– ou la menace – de moyens que certains de ses prédécesseurs avaient déjà initiés, telle la dissolution de ­l’Assemblée nationale.

 

Une réception jusque tard dans la nuit

Ces débats se sont poursuivis, jusque très tard, avec près de 90 personnes encore présentes, qui ont entamé, par petits groupes, des échanges animés, passionnés… Chacun proposant de se revoir après le troisième tour que sont les législatives. 

 

Lucie Desblancs
vice-présidente du Conseil supérieur et présidente du Comité secteur public

 

1. Le Comité Carnot est une association Loi 1901 indépendant de toute organisation politique. Elle a pour but de faire émerger une volonté de gouvernance moderne et responsable, conforter une espérance dans le dynamisme des territoires et de ses représentants, favoriser la participation de nos concitoyens à la vie publique et à l’engagement en faveur de l’intérêt général. Le Comité Carnot est constitué de cadres supérieurs de l’administration publique, d’universitaires, de dirigeants des principales associations d’élus territoriaux, de dirigeants des secteurs privé et public, qui souhaitent mettre leurs compétences en commun et apporter des contributions utiles au dialogue social, au débat public, au partage des savoirs.
Comptes de campagne : deux points importants
L’Ordre insiste sur l’impérieuse nécessité de la part du candidat de désigner son expert-comptable le plus en amont possible de l’élection et poursuit l’objectif à court terme d’obtenir l’autorisation de télétransmettre les comptes de campagne et leurs pièces dématérialisées liées.

Parcourir l'historique du SIC :

ABONNEZ-VOUS AU SIC NUMERIQUE

Le SIC Numérique parait mensuellement, à l’instar de son homologue papier. Pour être averti par mail de la publication d’un nouveau numéro, abonnez-vous !
ABONNEZ-VOUS AU SIC NUMERIQUE
Le SIC Numérique parait mensuellement, à l’instar de son homologue papier. Pour être averti par mail de la publication d’un nouveau numéro, abonnez-vous !

Toutes les parutions

Juin 2017

SIC N°363

MAI 2017

SIC N° 362

  • 72e Congrès : une thématique et quatre axes consacrés au conseil
  • Rencontre avec Jean Bouquot, président de la CNCC
  • Les compte de campagne en pratique

Consulter

Avril 2017

SIC N°361

Mars 2017

SIC N° 360

  • Au 1er janvier 2018 : prélèvement à la source…
  • Les experts-comptables aux côtés des entrepreneurs
  • 72e Congrès de l'Ordre : «  Expert-comptables, expert conseil »

Consulter