JANVIER 2018

Consulter le SIC papier

Le SIC papier existe également en version numérisé .pdf, à télécharger ci-dessous.

Historique

AddToAny
Share

Entretien avec Bertrand Angsthelm

Président du Conseil régional de l’ordre des experts-comptables d’Alsace

Pour qu’une profession soit forte,  il faut qu’elle soit unie !

 

Quel a été votre parcours professionnel et comment êtes-vous devenu expert-comptable ?


C’est le hasard qui m’a amené à l’expertise comptable. En effet, dans le cadre de mes études, j’ai effectué un stage au service comptabilité d’une société. Lors de ce stage, j’ai rencontré Joseph Zorgniotti, qui était déjà très impliqué dans la vie ordinale. A l’issue de ce stage, il m’a proposé de continuer dans cette voie en me recrutant. C’est ainsi que j’ai effectué mon DCG, puis mon DSCG en alternance, avant de passer mon diplôme d’expertise comptable.


Au travers de l’alternance, j’ai découvert un métier diversifié, riche en contacts humains. Au-delà de la technique, c’est le lien avec le chef d’entreprise qui m’a immédiatement plu. L’apprentissage m’a montré toute l’étendue de l’exercice de la profession et m’a donné envie d’être mon propre chef d’entreprise.


Une fois mon diplôme d’expertise comptable validé, j’ai continué en tant que responsable audit dans un beau cabinet de la région, avant de créer ma propre structure. Au lancement, nous étions trois experts-comptables associés, sans collaborateur et sans client ; aujourd’hui, nous comptons vingt personnes au sein du cabinet.

 

Quel a été votre parcours au sein des institutions ?


Je me suis très tôt impliqué dans la vie ordinale. Lorsque j’étais expert-comptable stagiaire, Joseph Zorgniotti, qui était mon maitre de stage, a su piquer mon intérêt pour les institutions. C’est ainsi qu’avec des amis experts-comptables stagiaires, nous avons relancé la section Alsacienne de l’Anecs, que j’ai eu l’honneur de présider pendant quelques années. Une fois diplômé, et toujours avec ce même groupe, nous nous sommes intéressés à la section moribonde du CJEC Alsace. Une fois installé, Charles-René Tandé m’a proposé de le rejoindre sur sa liste électorale de l’Ifec ; c’est comme cela que j’ai été élu, à seulement 32 ans, vice-président du Conseil régional de l’ordre des experts-comptables d’Alsace. Mon implication au sein du Conseil régional était une suite logique de mon investissement auprès de l’Anecs et du CJEC. Après 4 ans de mandat, je me suis mis un peu en retrait pour me focaliser sur le développement de mon cabinet, mais cela ne m’a pas empêché d’être, pendant 6 ans membre du bureau de la CCI de Strasbourg. En parallèle, j’ai été président de l’Ifec en Alsace.


En décembre 2016, j’ai été élu président de l’Ordre d’Alsace et l’équipe élue renouvelée. Nous sommes une équipe forte d’amitié, symbole de confraternité et de confiance, puisqu’une grande partie était déjà à mes côtés à l’Anecs et au CJEC. Mon élection, c’est aussi une histoire d’amitié !

 

L’ordre des experts-comptables d’Alsace en chiffres

Experts-comptables : 676

Sociétés d’expertise comptable : 624

Experts-comptabales stagiaires : 219

Associations de gestion  et de comptabilité : 17

 

Vous êtes élu pour 2 ans, quelles sont vos priorités de mandature ?


Mon mandat est orienté autour de trois axes forts.


Accentuer l’attractivité de la profession auprès des jeunes


Les experts-comptables de la région Alsace rencontrent d’énormes difficultés à recruter. Pour cela, les équipes de l’Ordre d’Alsace sont passées à la vitesse supérieure sur ce sujet clé en renforçant notamment notre présence auprès des écoles, mais aussi dans les salons dédiés aux étudiants. Nous avons également développé une forte communication digitale à l’égard des étudiants notamment au travers de supports vidéo.


Nous allons également lancer une campagne de formation pour les experts-comptables et les cadres de cabinet sur la gestion des ressources humaines. Nous avons aussi à nous améliorer sur ces sujets.


Mieux nous faire entendre  par notre tutelle régionale


Ces derniers mois, beaucoup de consœurs et confrères ont le sentiment d’avoir été malmenés par l’administration fiscale : changements de textes, délais de télédé
claration raccourcis du jour au lendemain, l’EPS qui arrive par les centres de gestion, … Un certain nombre de confrères ont l’impression de ne plus être entendus par notre tutelle. Pour agir, nous avons décidé de prendre des prises de position fortes vis à vis de notre tutelle et plus largement dans les milieux économiques et administratifs.


Nous avons également eu des franches discussion avec notre commissaire du Gouvernement qui a bien évidemment compris que la profession était l’écho de la voix du terrain.


La réforme territoriale


Nous travaillons activement pour que la régionalisation se passe dans les meilleures conditions possibles pour tous les confrères. La région « Grand Est » doit rassembler les Conseils régionaux actuels de l’Ordre de Lorraine, Champagne et Alsace en y rattachant la partie Picarde. Dès le début de cette réforme, nous avons pris l’initiative d’organiser des rencontres sur chaque territoire. L’occasion d’aborder ensemble les diverses problématiques liées à la régionalisation telles que les pratiques, les ressources humaines des conseils régionaux, les cotisations, … Avec mes homologues présidents, nous avons collaboré dans un esprit de confiance et de confraternité, avec une seule et même envie : garder le même niveau de services pour les consœurs et confrères de nos territoires respectifs.

Lors de ces réunions, il a été acté de garder le siège à Strasbourg (car le siège de la Direction régionale des finances publiques s’y trouve également) et de confirmer, dans un souci de proximité, la mise en place des Conseils territoriaux à Nancy et à Reims.

 

Evidemment, tout au long de cette année, l’Ordre d’Alsace a continué, voir accéléré, le rayonnement de la profession auprès du monde économique et institutionnel, tout en montrant un visage dynamique de notre institution et donc de notre profession. Pour cette nouvelle année qui débute, nous allons nous rapprocher des parlementaires du territoires, notamment les nouveaux députés en place, pour leur proposer un éclairage technique sur les différentes réformes à venir.

 

BUREAU DU CONSEIL  RÉGIONAL D’ALSACE  

  • Président : Bertrand Angsthelm 
  • Vice-présidents : Christophe Brand, pôle formation ; Coralie Brech et Jean-Noël Frey, pôles communication et entreprise ; Catherine Hanssen, pôle réglementaire 
  • Trésorier : Christian Berthold, pôle gestion, coordination des entités et des outils

L’ÉQUIPE DES PERMANENTS EST COMPOSÉE DE DIX PERSONNES :

  • Raphaël Schneider, commissions Tableau, Action sociale, et Informatique
  • Véronique Schandel, commission Formation, élaboration, promotion et suivi des actions de formation du CFPC-Alsace, suivi du club franco-allemand
  • Mireille Stadtler, commissions Relations publiques et Communication, entreprises, agricole, tournoi de gestion 
  • Anne Weber, clubs fiscal, social, conseil patrimonial
  • Céline Pupil, gestion administrative des sessions de formation
  • Charlotte Mercier, commissions Registre du stage et contrôle du stage, Comité régional du stage et suivi de la VAE pour la filière comptable
  • Marie-Hélène Simon, commissions Déontologie, contrôle qualité et norme
  • Céline Metter, administration et animation du site internet, réseaux sociaux, relations presse
  • Aurélie Lequemener, accueil